France

Jérémiades et mea culpa de façade : Olivier Véran sort un livre bilan sur le Covid-19 Abonnés

Thèmes abordés

livreOlivier VéranVéran

Dans un entretien accordé au Parisien, l’ancien ministre de la Santé présente son nouveau livre dans lequel il revient sur sa gestion du Covid-19. Au programme : des questions consensuelles, un récit grandiloquent et des excuses peu crédibles.

Jérémiades et mea culpa de façade : Olivier Véran sort un livre bilan sur le Covid-19
Le 9 septembre 2022

Confessions intimes ou blanchissement médiatique? Mercredi, Olivier Véran a accordé un entretien au journal Le Parisien à l’occasion de la sortie de son livre Par-delà les vagues (éd. Robert Laffont) paru ce jeudi 8 septembre. « Un récit sans filtre, au cœur du pouvoir, dans lequel il se livre totalement », note le quotidien, « Jusqu’à exprimer des regrets concernant certaines décisions prises à l’époque ». Une introduction alléchante, tout du moins en apparence.

« J’ai commencé à écrire le soir où a été annoncé le confinement, sans but précis, mais pour me souvenir plus tard de l’émotion du moment », raconte l’ancien ministre. « Je n’avais pas l’intention d’en faire un livre. Puis un jour, j’ai pensé qu’il faudrait quand même témoigner de tout cela, alors que beaucoup de choses ont été dites et écrites sur la façon dont on a géré la crise. » Celui qui est désormais porte-parole du gouvernement se défend d’avoir écrit un livre pour se justifier, mais simplement pour « faire montre de transparence à travers le récit des coulisses de cette crise ». On aurait aimé qu’il en soit ainsi pendant qu’il était aux commandes, lorsqu’Emmanuel Macron classifiait les délibérations rendues en Conseil de défense sanitaire sous le régime du secret défense, obstruant le travail des enquêteurs de la Cour de justice de la République sur la gestion de la pandémie.

Puis vient le moment des excuses. Que les lecteurs ne soient pas trop exigeants, car le mea culpa est pour le moins léger : « Une partie de l’opinion nous a reproché d’avoir sciemment menti sur les masques, pour cacher la pénurie. Ce n’est pas le cas. La vérité, c’est que, sur les masques, nous nous sommes trompés, ni plus ni moins. Nous, l’Organisation mondiale de la Santé, les autorités sanitaires internationales. De bonne foi, certes, mais nous nous...

Contenu réservé aux abonnés

57 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter