International

Israël : la chute du bon élève Abonnés

Thèmes abordés

épidémievaccinimmunité collectiverestrictionsvaccinationstratégie vaccinaleisraël

Considérée il y a quelques mois comme exemplaire, la gestion sanitaire du gouvernement israélien montre de plus en plus ses limites dans sa capacité à mettre fin à l’épidémie. Pour sa rentrée, il semblerait qu’Israël ne soit donc plus l’élève à suivre… en tout cas si l'on est soucieux des libertés.

Israël : la chute du bon élève
Le 6 septembre 2021

Ironie du sort : vendredi 3 septembre, la Suède, pays pourtant pointé du doigt pour sa gestion sanitaire jugée irresponsable par la classe médiatique, a annoncé fermer ses portes aux voyageurs en provenance d’Israël à partir d’aujourd’hui, lundi 6 septembre. Le symbole est fort car Israël est au contraire vu depuis le début comme le précurseur dans la vaccination, le laboratoire grandeur nature, qui n’a pas hésité à signer un contrat avec le laboratoire Pfizer pour lui transmettre les données de ces citoyens vaccinés, en échange d’un accès privilégié aux doses. Si bien que de nombreux pays occidentaux, parmi lesquels la France bien évidemment, se sont aussi embarqué dans une campagne de vaccination généralisée, quitte à aller à contresens des réclamations de l’Organisation mondiale de la santé.

Retour à la case départ ?

Et l’évolution récente de l’épidémie montre effectivement que la stratégie israélienne, vendue comme le chemin de la liberté il y a quelques mois, n’est pas la solution miracle annoncée. Effectivement, alors que 62% de sa population est entièrement vaccinée, Israël connait la plus forte vague de contaminations depuis le début de l’épidémie, avec plus de 1000 contaminations quotidiennes par million d’habitants. Côté services hospitaliers, le pays comptait au 2 septembre 1241 patients hospitalisés dont 212 en unité de soins intensifs, ainsi que 25 décès quotidiens attribués au Covid-19, contre une cinquantaine au plus fort de la dernière « vague » en janvier dernier. Relativement à la courbe de contamination, cela semble effectivement montrer une efficacité de la vaccination pour réduire les formes graves et les décès, mais absolument pas pour endiguer la propagation du virus.

La transmissibilité accrue du variant indien (ou Delta) et l’étiolement progressif de l’immunité procurée par les vaccins — Israël ayant été le premier à vacciner massivement, il est le premier à constater la baisse...

Contenu réservé aux abonnés

49 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter