analyses

"Il n’est plus ministre de la Santé mais ministre du Covid": Olivier Véran désavoué par les médecins Abonnés

Thèmes abordés

gestionmédecinsOlivier Véran

Communication moralisatrice, prises de position catastrophistes, gestion de la crise chaotique… Selon une enquête, les médecins jugent que le ministre de la Santé n’a pas été à la hauteur de la crise sanitaire.

"Il n’est plus ministre de la Santé mais ministre du Covid": Olivier Véran désavoué par les médecins
Le 22 février 2021

Après un an à la tête du ministère de la Santé, c’est l’heure du bilan pour Olivier Véran. Le Quotidien du médecina réalisé une enquête du 13 au 18 février auprès de 900 médecins, qui ont donné leur avis sur le ministre selon 5 critères. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ces derniers sont très réservés. Le neurologue récolte une piètre note globale de 3,3 sur 10. Premier point : la communication d’Olivier Véran. Les sondés le jugent « arrogant », « hautain » et « imbu de lui-même ». Ils lui reprochent également un discours « moralisateur et anxiogène » ainsi que d’innombrables incohérences. Outre le changement de position sur le port du masque, le ministre s’est illustré par son obstination à mettre en place un troisième confinement il y a quelques semaines. Après son échec à reconfiner le pays, il a tenté — en vain — de reconfiner la Moselle. Avant de finalement réussir à mettre sous cloche le littoral des Alpes-Maritimes les deux prochains week-ends, avec la complicité du maire de Nice, Christian Estrosi.

Pour le docteur Fabien Quedeville, contributeur régulier de Bas les masques, le principal reproche à adresser à la gestion de la crise d’Olivier Véran est d’avoir adopté « une politique de santé publique uniquement focalisée sur une pathologie et donc de négliger les autres problématiques de santé, notamment les troubles psychiques secondaires à sa gestion de la crise. Je note qu’il a peu de compassion vis à vis des victimes collatérales, ajoute-t-il. Il n’est plus ministre de la Santé mais ministre du Covid ! »

Avec une note de 3,3 /10 sur le critère de la relation ministre-médecins, le courant passe mal. Ces derniers lui reprochent notamment une vision très « hospitalo-centrée » du système de soin,...

Contenu disponible gratuitement

64 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter