analyses

Entre dramatisation politique et mise en scène médiatique, l’offensive alarmiste ne faiblit pas Abonnés

Thèmes abordés

médiasconfinistesMacronalarmismeantillescovidisme

Situation volontairement « dramatisée », reportages en réanimation sur les « regrets » des non-vaccinés, théâtralisation des contrôles du pass sanitaire par les forces de l’ordre… Face à la fronde qui prend de l’ampleur contre les restrictions sanitaires, la communication gouvernementale ne cesse de s’enfoncer dans la démesure.

Entre dramatisation politique et mise en scène médiatique, l’offensive alarmiste ne faiblit pas
Le 14 août 2021

Exagérée, la quatrième vague ? C’est bien ce que l’on peut parfois se demander, tant les éléments de langage se succèdent, parfois contredits par la réalité de la situation. D’après le magazine Gala qui cite Le Parisien il semblerait que la communication Élyséenne cherche à dramatiser volontairement la situation afin de pousser les gens à la vaccination. En effet, selon le quotidien, Emmanuel Macron aurait dit à l’un de ses conseiller : « il faut qu’on dramatise un peu pour que tout le monde se vaccine ». Peu étonnant, au regard de la mise en scène du conseil de défense du mercredi 11 août organisé en visioconférence depuis le fort de Brégançon, durant lequel le Président a indiqué que « Nous allons vivre encore plusieurs mois avec ce virus ».

C’est-à-dire jusque’à l’élection présidentielle de 2022 ? Rien n’est moins sûr, tant le pouvoir s’est drogué à l’état d’urgence depuis mars 2020 et semble fâché avec le calendrier, s’arrangeant systématiquement pour prolonger les mesures exceptionnelles. Et n’hésite donc pas à « dramatiser » la situation pour parvenir à ses fins, ce qui n’est pas sans rappeler les propos du Préfet de Guadeloupe qui avait donné pour consigne à la directrice de l’ARS d’utiliser un ton « catastrophique » pour justifier d’un reconfinement de l’île.

Et celui-ci se voit désormais assorti du retour des « plages dynamiques », concept dont la stupidité n’a d’égal que l’inutilité sanitaire. Mais peu importe : cela leur permet de communiquer, et d’effrayer le citoyen mal informé ! À ce titre, l’inénarrable Gilles Pialoux, amateur de confinement et militant pour le retour du masque en extérieur, suggère de passer les images des hôpitaux aux Antilles sur les panneaux publicitaires JC Decaux aux gens qui manifestent contre le pass sanitaire, afin de leur faire comprendre...

Contenu réservé aux abonnés

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter