France

En un an, l’Île-de-France a perdu 30% de ses capacités de réanimation Abonnés

Thèmes abordés

lits de réanimation

Un an après le début de la crise, les pouvoirs publics n’ont toujours pas tiré les conséquences de leur imprévoyance en termes de politique sanitaire. Pire encore, certaines capacités de réanimations ont même baissé cette année en Île-de-France, où l’exécutif vient une nouvelle fois de serrer la vis.

En un an, l’Île-de-France a perdu 30% de ses capacités de réanimation
Le 20 mars 2021

Après quelques jours de flottement, le verdict est tombé ce jeudi : l’exécutif a décidé de reconfiner 16 départements en espérant que cela allait freiner l’augmentation du nombre de personnes en réanimation. Une augmentation mystérieuse, comme l’a précédemment expliqué Bas les masques, au regard du nombre de morts quotidien, qui lui, baisse depuis un mois. L’exécutif peine donc à justifier cette mesure, qui ne changera pas grand chose en pratique, excepté pour les petits commerçants arbitrairement jugés « non-essentiels », qui se retrouvent injustement punis.

Mais une telle tension dans les hôpitaux est-elle si inhabituelle ? Et surtout, aurait-on pu l’éviter ? S’agissant du premier point, difficile de répondre de manière exhaustive, car si les réanimations sont effectivement surchargées chaque hiver, le Covid-19 - ou en tout cas, les patients testés positifs, mais parfois entrés en service pour une autre pathologie - occupe une grande partie des lits de réanimation. Concernant le deuxième point, la question se pose davantage. En effet, comme l’a révélé Le Canard enchaîné ce mercredi 16 mars, les capacités de réanimation en Île-de-France ne pourraient pas dépasser les 1 700 patients simultanément, selon l’Agence régionale de santé de la région. « Ce qui représente 30% de moins et en avril, où les disponibilités avaient - très difficilement atteint les 2 500 places ! »commente l’hebdomadaire. Et ce, alors qu’Olivier Véran annonçait l’été dernier que l’Île-de-France devrait pouvoir monter à 5 000 lits de réanimation pour faire face à une période tendue, et même 12 000 au niveau national ! En confinant la région pour 1 201 lits occupés, nous sommes décidément loin du compte.

Plus largement, cette situation témoigne d’un problème structurel, qui court depuis plusieurs années. Dans son dernier rapport annuel publié ce jeudi 18 mars, la Cour des comptes étrille les politiques...

Contenu disponible gratuitement

36 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter