France

En Touraine, un appel à limiter les déclarations d’effets indésirables liés aux vaccins Abonnés

Thèmes abordés

vaccineffets secondairesvaccination

Le centre de pharmacovigilance de Tours a connu un pic de signalements d’effets indésirables principalement liés à la vaccination ces dernières semaines, allant jusqu’à occasionner une surcharge des services. Face à cette situation, les responsables ont appelé les patients ainsi que les médecins à effectuer moins de déclarations.

En Touraine, un appel à limiter les déclarations d’effets indésirables liés aux vaccins
Le 13 avril 2021

En seulement trois mois, le centre régional de pharmacovigilance (CRPV) de Tours a connu une activité équivalente à celle de toute l’année 2020. En cause : la multiplication des signalements, dont une large proportion concernant des effets indésirables liés aux vaccins — et tout particulièrement au sérum d’AstraZeneca. Ainsi, depuis le début de l’année, ce sont déjà 1400 signalements qui ont été enregistrés, avec un pic d’activité allant jusqu’à plus de 200 signalements sur la seule semaine du 15 au 21 mars.

Interrogée par France 3 Centre-Val de Loire la semaine dernière, la responsable du CRPV Annie-Pierre Jonville-Baré a ainsi indiqué qu’elle s’attendait à une augmentation des signalements liés à AstraZeneca, sans toutefois prévoir qu’ils seraient dans de telles proportions : « On ne pensait pas que tout le monde déclarerait les effets, à priori les médecins n’ont pas à signaler les effets déjà connus, il n’y a pas d’intérêt. Mais là, avec AstraZeneca, patients et médecins ont tout déclaré : ce qui nous a beaucoup embolisé ».

Afin de désengorger ses services, Annie-Pierre Jonville-Baré invite ainsi… à tout simplement moins signaler. Au motif, précise-t-elle, que certains effets sont connus et peu graves : « Si vous avez une rougeur autour du point d’injection, ne la signalez pas. Derrière c’est au moins une heure de travail pour la saisie. Là on a en souffrance des centaines de dossiers, ce sont les effets non graves, connus et résolus des vaccins mais qui attendent des jours meilleurs pour être saisis. In fine ça ne sert à rien car ces données (comme la fièvre) ont déjà été saisies dans les essais cliniques, on sait que 30% des moins de 30 ans font de la fièvre ».

Si l’apparition de certains effets secondaires sont habituels lors d’une vaccination, il est néanmoins compréhensible que,...

Contenu disponible gratuitement

48 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter