Analyses

En difficulté, Emmanuel Macron refait le coup de la « représentativité » Abonnés

Thèmes abordés

démocratieEmmanuel Macron

Pris dans une dynamique baissière et loin d’être assuré de sa réélection, Emmanuel Macron tente d’endormir une nouvelle fois les Français grâce au thème de la « représentativité », remettant sur la table la proportionnelle et proposant d’utiliser le référendum sur certaines grandes questions. À quelques jours du scrutin, cette déclaration apparaît comme une grossière manoeuvre électoraliste.

En difficulté, Emmanuel Macron refait le coup de la « représentativité »
Le 6 avril 2022

Emmanuel Macron ne sait plus comment faire. Alors qu’il était donné à 30% dans les intentions de vote au début de la guerre en Ukraine, sa confortable avance s’effrite de jour en jour. S’il est pour le moment pratiquement assuré d’être au second tour, il n’est plus du tout certain qu’il soit réélu dans un fauteuil, ni même réélu tout court si l’on tient compte de la marge d’erreur (entre 2 et 3%) des sondages le donnant victorieux à 51,5% face à Marine Le Pen. Bien que l’essentiel de la Macronie se voile la face quand à l’hypothèse d’une défaite, le principal intéressé, lui, semble toutefois prendre plus ou moins conscience que tout n’est pas encore joué d’avance. D’autant que le rejet qu’il occasionne chez une grande partie des Français se fait ressentir chaque jour un peu plus, tout particulièrement depuis les révélations sur McKinsey et les interrogations quant à ses déclarations de revenu au moment où il était banquier d’affaire chez Rothschild. Ce qui n’aide pas à redorer l’image d’une classe politique globalement décriée, entraînant un désintérêt pour les élections qui risque de se traduire par une abstention massive.

Alors, face au désintérêt de nombreux Français qui ont l’impression que le voter ne sert plus à grand-chose, le président-candidat sort la carte — usée jusqu’à la trame — de « l’amélioration de la représentativité ». En effet, interrogé par les lecteurs de Ouest-France ce 6 avril, le candidat-président s’est vu poser la question « Comment faire davantage participer les Français à la démocratie ? », interrogation légitime et très largement partagée par nos concitoyens, à laquelle il a répondu : « Je pense qu’il faut améliorer davantage la représentativité. Voilà pourquoi, je suis prêt à mettre la proportionnelle sur le métier. Par ailleurs, sur de grandes réformes comme la fin de vie, avoir une convention...

Contenu réservé aux abonnés

75 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter