International

En Chine, des « sentinelles numériques » pour contrôler le déplacement des citoyens Abonnés

Thèmes abordés

ChinesurveillanceTotalitarismecontrôle social

Si la Chine allège progressivement ses restrictions après un confinement tyrannique à Shanghai, le gouvernement n’a pas pour autant abandonné sa politique « zéro covid ». Et il compte pour cela sur un arsenal technologique aussi lucratif que terrifiant.

En Chine, des « sentinelles numériques » pour contrôler le déplacement des citoyens
Le 7 juin 2022

Au bout de 2 mois d’un confinement tyrannique à Shanghai, les autorités ont enfin décidé d’alléger les mesures la semaine dernière, avant de finalement reconfiner à la hâte un demi-million d’habitants d'un complexe résidentiel du district de Xuhui, englobant une partie de l'ancienne concession française. Pékin, qui a finalement échappé au confinement, rouvre également ses commerces. Éreintés par le sanitarisme extrême du régime chinois — pour un bilan officiel de seulement 5 226 décès attribués au Covid-19 pour 1,4 milliard d’habitants —, les habitants espèrent peut-être avoir tourné la page du cauchemar de la fameuse « stratégie zéro covid » érigée en modèle par la plupart des visages de l’alarmisme à la française.

Et pourtant, les autorités chinoises ne semblent pas prêtes d’abandonner cette ligne. À Shanghai, il est impossible de prendre les transports en commun sans test négatif de moins de 72 heures. Dans plusieurs villes, il est obligatoire de se faire tester tous les deux ou trois jours, sous peine d’être sanctionné d’une amende d’environ 70 euros, voir d’être mis en détention pendant dix jours ou d’être inscrit sur « liste noire », et ainsi d’être considéré comme faisant partie des mauvais citoyens dans le cadre du système de crédit social, et d’être privé de certains droits. Pour cela, les autorités locales ont développé des « kiosques PCR » partout, afin que chacun puisse se faire tester à moins de 15 minutes à pieds de son domicile.

Pour mettre en place leur politique de contrôle sanitaire, les autorités peuvent également compter sur la technologie, qui a tant fait fantasmer nos élites occidentales ces deux dernières années. En effet, conditionné au maintien du contrôle de l’épidémie, l’allègement des mesures est une formidable opportunité économique pour les industriels chinois de la surveillance. SenseTime, la plus grande société chinoise d'intelligence artificielle (IA), mais aussi Hangzhou Hikvision Digital Technology...

Contenu réservé aux abonnés

31 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter