analyses

Didier Raoult : "Vacciner les enfants n’est pas une idée raisonnable" Abonnés

Thèmes abordés

entretienDidier RaoultIHU Méditerranée

EXCLUSIF. Didier Raoult a reçu Bas les Masques dans son bureau de l’IHU - Méditerranée infection. Vaccins, variants, traitement… Le professeur fait le bilan de l’épidémie et fustige la charge médiatique qui continue, encore aujourd’hui, de terroriser la population.

Didier Raoult : "Vacciner les enfants n’est pas une idée raisonnable"
Le 25 juin 2021

Bas les Masques.  Vous dites que la science est un sport de combat, n’est-ce pas éprouvant de toujours se battre ?

Didier Raoult. Je ne me pose pas la question. C’est mon métier. Les personnes qui m’entourent font aussi leur métier. Nous pouvons agir alors que les médias en général ne peuvent pas. Ils donnent des opinions. Notre travail n’est pas virtuel : on a des chiffres, nous avons soigné 32 000 malades. Ce que disent les autres du traitement nous indiffère. Nous n’avons pas inventé les malades. Nous sommes dans le réel et non le virtuel ! Je me demande si un jour, le monde virtuel et celui du réel se rejoindront… Ce n’est pas garanti.

BLM. Que pensez-vous de la vaccination des adolescents ?

D.R. La plupart des personnes dans le monde disent qu’il ne faut pas vacciner en dessous de 18 ans. Il n’y a pas assez d’évaluations dans ce groupe d’âge pour pouvoir dire en toute sécurité qu’on peut vacciner les moins de 18 ans pour les protéger d’une maladie qui ne représente pas de danger pour eux. Ce n’est pas une idée raisonnable. Je pense que vacciner les personnes qui ont un bénéfice direct est bien.

BLM. En Israël, 40% de vaccinés parmi les nouvelles contaminations : est-ce un échec ?

D.R. Je ne connais pas les données d’Israël, je connais par contre celle de l’Angleterre où c’est reparti avec plus de 10 000 cas par jour dont une partie survient chez les vaccinés, à peu près 20% des cas. Encore un fois, moi, je ne crois pas au miracle. C’est un vaccin qui peut aider les sujets les plus à risque, ce n’est pas une baguette magique. Depuis le début, je trouve qu’il y a trop d’émotion dans cette épidémie, y compris chez les...

Contenu réservé aux abonnés

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter