Analyses

« Dernière crise avant l’apocalypse » : le Covid, révélateur de l’effondrement ? Abonnés

Thèmes abordés

crise sanitairelivreéconomiecrise économiuecrise

Paru le 16 septembre aux éditions Ring, le livre « Dernière crise avant l’apocalypse » de Jean-Baptiste Giraud et Jacques Bichot nous alerte sur les nombreux risques qui pèsent sur un système mondial fragilisé par la pandémie de Covid-19.

« Dernière crise avant l’apocalypse » : le Covid, révélateur de l’effondrement ?
Le 20 septembre 2021

« Après quelques décennies de croissance de la production et d’augmentation rapide du niveau de vie moyen pour une forte proportion de la population mondiale, la croissance économique marque le pas. Et ce n’est pas la crise du Covid-19 qui en est la cause, elle en a plutôt été le révélateur. Parfois, elle a donné un coup d’arrêt ».

La crise sanitaire, le dernier signal d’alarme avant l’effondrement progressif du système économique mondial tel que nous le connaissons aujourd’hui ? C’est l’une des questions de fond posée par l’essai « Dernière crise avant l’apocalypse » (éditions Ring), co-écrit par l’économiste Jacques Bichot et le journaliste Jean-Baptiste Giraud.

Débutant comme un grand bilan de l’état du monde après la pandémie de Covid-19, l’ouvrage prend rapidement un tour plus prospectif en dépeignant la possibilité d’un futur qui pourrait s’avérer bien sombre, marqué notamment, en ce qui concerne la France et les autres pays occidentaux, par un surendettement généralisé, une explosion des systèmes de retraites et de l’assurance maladie, le tout sur fond de crise économique et sociale frappant une « France périphérique » déjà en grande difficulté et pour qui la crise sanitaire aura été le coup fatal.

Mais dans un système mondialisé ou l’interdépendance est une réalité, l’enchaînement des catastrophes peut bien évidemment avoir des conséquences globales, que ce soit sur la question énergétique ou, pire, sur la possibilité de produire suffisamment de ressources dans le cadre de l’augmentation générale de la population sur la planète.

Alors, tous perdants du « monde d’après » Covid ? Si la pandémie a eu des effets dévastateurs sur de nombreuses économies (notamment celles liées au tourisme), la Chine pourrait de son côté tirer son épingle du jeu, en étant parvenue à retrouver rapidement son niveau d’avant-crise, au détriment de son principal rival commercial que sont les Etats-Unis.

Néanmoins, loin d’être un simple...

Contenu réservé aux abonnés

15 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter