International

Covid-19 : un nouveau terrorisme sanitaire… encouragé par les restrictions ? Abonnés

Thèmes abordés

Europerestrictions sanitairesmanifestationsviolence

D’après Europol, les privations de libertés durant la pandémie de Covid-19 ont provoqué l’apparition d’une nouvelle forme de terrorisme, qui a profité de la dégradation du contexte social causée par les restrictions pour se déployer. 

Covid-19 : un nouveau terrorisme sanitaire… encouragé par les restrictions ?
Le 7 septembre 2022

Un détail passé inaperçu. Publié mi-juillet, le rapport annuel de l’agence européenne de police criminelle sur la situation et les tendances du terrorisme au sein de l’Union européenne (TE-SAT) a identifié une nouvelle catégorie d’activisme dangereux, celui lié à la contestation de la politique sanitaire des États : « Un extrémisme violent anti-COVID-19 et anti-gouvernemental, qui n'est pas affilié aux activités extrémistes violentes et terroristes traditionnelles est apparu dans des pays membres de l’Union européenne et hors de l’UE. Ces formes d'extrémisme violent se sont matérialisées par des menaces ouvertes, des messages haineux diffusés en ligne et, dans certains cas, par le recours à la violence. » Le document précise qu’il s’agit d’opinions et de comportements extrémistes liés aux mesures anti-COVID-19 et aux sentiments anti-gouvernementaux, mais non associés à des idéologies terroristes et extrémistes violentes établies. « Ils ont surtout été observés en relation avec des groupes formés de manière informelle en ligne, et se sont matérialisés par des menaces proférées à l'encontre de politiciens, de représentants du gouvernement et d'autorités sanitaires. Ils ont également menacé de s'en prendre à la police lors de manifestations et de vandaliser les lieux de vaccination et de test du COVID-19 », est-il détaillé.

Incitation publique au terrorisme

À titre d’exemple, Europol signale l’arrestation de deux suspects qui ont commis l'infraction pénale d'incitation publique au terrorisme par le biais de canaux en ligne et de réseaux sociaux en Croatie. Une activité qui aurait « encouragé d'autres personnes à s'en prendre à des individus lors des manifestations contre le COVID-19, ainsi qu'à des membres du gouvernement et du parlement. Ils ont également encouragé d'autres personnes à occuper des installations et des infrastructures publiques par la violence. » En Italie et aux Pays-Bas, des suspects ont été arrêtés pour des attentats à la bombe et des incendies criminels contre des centres de...

Contenu réservé aux abonnés

34 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter