France

Chiffres surestimés, sondages, menaces de sanctions… La peur continue de fonctionner Abonnés

Thèmes abordés

chiffrespeursanté publique

Tandis que Santé publique France a avoué avoir surestimé les chiffres de l’épidémie et que l’exécutif refroidit l’euphorie du déconfinement, les Français ne cessent de louer l’action du gouvernement.

Chiffres surestimés, sondages, menaces de sanctions… La peur continue de fonctionner
Le 21 mai 2021

C’est une petite bombe qu’a lâché Santé publique France (SPF) ce vendredi. Avec l’arrivée des textes de criblage et de séquence des mutations en février, l’agence a annoncé avoir surestimé le taux d’incidence pour la France entière de 12 %, le taux de positivité de 8 %, et le nombre de cas confirmés de 6 %. Les chiffres ont été repris et corrigés sur un historique de trois mois. Une information qui s’ajoute aux nombreuses critiques qu’avait déjà formulées Bas Les Masques, sur l’intérêt de ces chiffres, et qui alimentent l’atmosphère anxiogène.

Et force est de constater que cette narration de la peur fonctionne. Selon un sondage BVA pour RTL et Orange, publié ce vendredi 21 mai, 67% se disent par favorables au port du masque obligatoire en extérieur pour le moment, y compris pour les personnes vaccinées (54%). Au-delà de la peur, ce sondage révèle un suivisme de la population vis-à-vis de l’action du gouvernement. 65% des personnes interrogées se disent « confiantes » et louent la réussite de ce déconfinement. Emmanuel Macron et Jean Castex enregistrent une nette hausse de leur popularité en mai, le chef de l'État et son premier ministre recueillant 42% de bonnes opinions.

Et pour ceux chez qui la peur ne marcherait pas, l’exécutif a d’autres arguments. Après les policiers vidant les terrasses à 21h le 19 mai, fusil d’assaut à la main, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que les forces de l’ordre seraient d’une « particulière sévérité »pour que ceux qui ne respectent pas le couvre-feu « n'empêchent pas la vie d'avant de revenir ». Mais le principal frein au retour à la vie d’avant n’est-il pas le gouvernement lui-même ?

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter