France

Ces politiciens qui en ont après nos libertés : Xavier Bertrand Abonnés

Thèmes abordés

politiquealarmistesconfinisteschroniqueCes politiques...Xavier Bertrand

CES POLITIQUES... Chaque semaine durant l’été, Bas les Masques fera le point sur les personnalités célèbres du paysage politique français qui prennent des positions contraires à la préservation de nos libertés fondamentales. Cette semaine, nous nous intéressons à Xavier Bertrand, qui souhaite étendre l’utilisation du pass sanitaire et interdire de nombreuses activités aux personnes non-vaccinées.

Ces politiciens qui en ont après nos libertés : Xavier Bertrand
Le 9 juillet 2021

Xavier Bertrand, récemment réélu à la tête de la région Hauts-de-France et désormais candidat déclaré à l’élection présidentielle, a clairement annoncé la couleur : avec lui, nos libertés fondamentales risquent de finir aux oubliettes. Interrogé ce mercredi 7 juillet par Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV à propos de la situation sanitaire, il s’est en effet fendu d’une déclaration qui fait froid dans le dos : « Je souhaite que l’on développe beaucoup plus vite le pass sanitaire, et de dire à ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, et pas seulement les soignants, qu’ils ne peuvent pas nous mettre en risque et que s’ils font le choix de ne pas se faire vacciner alors ils n’auront pas les mêmes libertés que les autres ». « Et ne pourrons pas accéder à un cinéma, à un théâtre à un restaurant ou à un café ? », renchérit alors Jean-Jacques Bourdin, l’air faussement outré… ce à quoi Xavier Bertrand répond, glaçant : « Oui, oui parce que c’est indispensable ». Où comment, sous couvert de « lutte contre l’épidémie », vouloir instaurer un terrifiant monde à deux vitesses où certains citoyens seront plus égaux que d’autres, pour reprendre la célèbre phrase de La Ferme des animaux de Georges Orwell, et dans lequel il sera possible de discriminer les individus en fonction de critères qui violent à la fois les principes de libre-circulation et de respect du secret médical. Tout un programme (présidentiel ?).

Mais le personnage n’en est pas à son coup d’essai en matière d’autoritarisme sanitaire et de fuite en avant dans toutes les hystéries autour du Covid-19. Le 23 octobre 2020, au moment de la mise en place du couvre-feu, il déclarait au quotidien L’Ardennais : « On a pas le choix. Respecter le couvre-feu, c’est...

Contenu réservé aux abonnés

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter