france

Braun, Revel : portrait d'un duo controversé à la tête de la Santé Abonnés

Thèmes abordés

aphpministère de la Santé

En choisissant François Braun comme nouveau ministre de la Santé et Nicolas Revel pour diriger l’AP-HP, Emmanuel Macron s’appuie sur deux personnalités dont il est proche, afin de tenter de reprendre la main sur le domaine du sanitaire qu’il considère comme une priorité du nouveau quinquennat. Deux arrivées qui font déjà l’objet de controverses.

Braun, Revel : portrait d'un duo controversé à la tête de la Santé
Le 6 juillet 2022

Fin du suspens dans la galaxie de la santé. Aussitôt le remaniement ministériel effectué et l’arrivée de François Braun à la place de l’éphémère Brigitte Bourguignon, battue par le RN aux législatives, c’est l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui a désormais un nouveau directeur en la personne de Nicolas Revel, conseiller-maître à la Cour des comptes et ancien directeur de cabinet de Jean Castex à Matignon. Il succède ainsi à Martin Hirsch, dont le bilan catastrophique à la tête du plus grand groupe hospitalier de France avait été dénoncé en mai dernier dans une tribune co-signée par des dizaines de médecins. Fin de règne difficile pour Martin Hirsch donc, qui aura occupé ces fonctions pendant près d’une dizaine d’années avant de partir en laissant derrière lui un véritable champ de ruines.

La tâche s’annonce d’emblée difficile pour le nouveau patron de l’AP-HP, pour le moment encore assez peu connu du grand public. Pourtant, celui-ci jouit déjà d’une influence considérable dans le monde de la santé et au sein de la techno-structure étatique, dans laquelle il gravite depuis longtemps. Fils de l’académicien Jean-François Revel et de la journaliste Claude Sarraute, ancien élève de Science-Po et de l’ENA, Nicolas Revel a d’abord été sous-préfet des Hautes-Pyrénées puis directeur-adjoint du cabinet de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, avant d’être nommé en 2012 secrétaire général-adjoint de la Présidence de la République par François Hollande, tout juste élu. À cette époque, il remplace alors Jean Castex, et travaille en binôme avec… un certain Emmanuel Macron, durant deux ans. En novembre 2014, il devient directeur général de l’Assurance maladie (CNAM). À ces fonctions il aura notamment contribué à la mise en place des réformes de la santé menées par l’ex-ministre Marisol Touraine et aurait même soufflé l’idée de nommer Agnès Buzyn au ministère de...

Contenu réservé aux abonnés

68 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter