International

Allemagne : le système de traçage du covid utilisé illégalement par la police Abonnés

Après la mort d’un homme à la sortie d’un restaurant, la police de Mayence a utilisé les données de l'application Luca pour localiser les clients de l’établissement dans le cadre de son enquête. Une pratique qui n’est pourtant pas autorisée.

Allemagne : le système de traçage du covid utilisé illégalement par la police
Le 12 janvier 2022

L’hebdomadaire allemand Focus relate une histoire particulièrement inquiétante en matière de protection des données personnelles et de surveillance généralisée. En effet, dans le cadre d’une enquête sur une chute ayant entraîné la mort d’un homme à la sortie d’un restaurant, la police de Mayence a accédé illégalement aux données de l'application Luca (l’équivalent allemand de TousAntiCovid), afin de localiser les clients de l’établissement et de les interroger en tant que témoins de cet évènement survenu le 29 novembre dernier, après que l’homme a succombé à ses blessures quelques jours plus tard. Un employé du restaurant a confirmé que la police avait demandé des données à l'application Luca, et ce dernier a ensuite reçu une demande du service de santé de Mayence via l'application afin de transmettre les données des invités présents ce soir-là. Un des invités a également confirmé qu'il avait été contacté par la police le 20 décembre, en précisant que ses coordonnées avaient été obtenues via l'application Luca. Au total, ce ne sont pas moins de 21 témoins potentiels qui ont été trouvés et contactés de cette manière, ce qu’a confirmé le procureur dans une déclaration.

Une pratique qui, pourtant, n’est pas autorisée. En effet, selon la législation, l'utilisation des données de l'application Luca n'est pas autorisée à des fins de poursuites pénales en raison de la loi sur la protection des données. Le gouvernement du Land de Rhénanie-Palatinat, où se trouve la ville de Mayence, précise de son côté la même chose. Selon le procureur de la République, il n'y a en effet « pas de base légale suffisante » pour la requête de données. Celui-ci a en outre ajouté que « le parquet de Mayence exprime ses regrets envers les personnes concernées par l'accès inadmissible aux données et leur demande d'excuser cet accès ». Il est désormais garanti que ces données ne sont plus utilisées, et le...

Contenu réservé aux abonnés

16 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter