International

Allemagne : le certificat de rétablissement passe de six à trois mois Abonnés

Thèmes abordés

Allemagnepasse sanitairepasse vaccinalcertificat de rétablissement

L’Institut Robert Koch, chargé du contrôle des épidémies en Allemagne, a annoncé que le certificat de rétablissement au Covid-19 allait voir sa validité réduite de 6 à 3 mois. Une décision qui intervient en pleine réflexion sur la vaccination obligatoire outre-Rhin.

Allemagne : le certificat de rétablissement passe de six à trois mois
Le 19 janvier 2022

Les allemands guéris du Covid-19 il y a plus de trois mois voient désormais leur statut changer. En effet, comme l’indique le quotidien Berliner Morgenpost, l’Institut de veille épidémiologique Robert Koch a publié de nouvelles directives concernant la preuve de la guérison. Jusqu'à présent, le statut durait six mois. Désormais, il expire au bout de trois mois seulement à compter de la date du test PCR positif. Et selon le nouveau règlement, la preuve de guérison est désormais valable au plus tôt 28 jours après la réception du test positif.

Un raccourcissement dû au variant omicron « plus contagieux » a expliqué un porte-parole du ministère de la Santé. A cela s'ajoute le fait qu'il n'est pas certain qu'une infection puisse prévenir une contamination par d'autres (futurs ?) virus. Parallèlement, l'infection ne doit pas remonter à plus de trois mois et, ensuite, un rappel de vaccination est recommandé. Afin de prouver ce statut de guérison, seul un résultat de test PCR s’applique, les tests rapides ne comptant pas. Ces nouvelles règles s'appliquent depuis le 15 janvier 2022 et, plus embêtant, ce règlement Corona s'applique de manière rétroactive. Ce qui signifie que les certificats de rétablissement datant de plus de trois mois perdent leur validité.

Étrange décision de la part de l’Institut Robert Koch alors que, partout ailleurs, le délai de six mois est la norme. Sans compter que l’efficacité des vaccins sur la transmission et la réinfection est désormais fortement remise en cause, en raison justement du caractère à la fois très contagieux et bénin du variant Omicron et que de plus en plus de scientifiques y voient une possibilité d’immunisation naturelle générale dans la population. Ce qui n’est évidemment pas du goût des laboratoires et de leurs relais, la question de l’immunité naturelle — une étude Israélienne non-validée par ses pairs...

Contenu réservé aux abonnés

38 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter