France

Allègement des restrictions : quand le contrôle social devient la norme Abonnés

Thèmes abordés

masquepass vaccinalpasse vaccinalport du masque

Accueillies avec plus ou moins de joie, les nouvelles levées de restrictions ce lundi cachent en réalité un bouleversement sociétal à bas bruit : les outils de contrôle social, qui devaient être un ultime recours, risquent d’être supprimés en dernier.

Allègement des restrictions : quand le contrôle social devient la norme
Le 28 février 2022

Restaurants, musées, cinémas, théâtres… depuis ce lundi 28 février, le port du masque n'est plus obligatoire dans les lieux soumis au pass vaccinal, à l’exception des transports (avions et trains de longue distance). Si une poignée d’irréductibles alarmistes jugent cette nouvelle encore prématurée, elle devrait tout de même ravir les Français qui respectaient encore cette mesure. Que ces derniers tempèrent leur euphorie, car le masque est encore obligatoire dans les autres lieux comme les supermarchés, les transports publics, les entreprises, les services publics… et même dans les salles de classe dès l’âge de 6 ans. À l’heure où l’opinion publique semble enfin convaincue de l’inutilité du pass vaccinal sur le plan sanitaire, cette levée semble simplement avoir pour effet d’octroyer un nouveau petit privilège aux bons citoyens détenteurs du sésame.

En outre, le fait que la levée du port du masque intervienne avant celle du pass vaccinal comme une sorte de récompense pour bonne conduite sanitaire est révélateur d’un autre changement à bas bruit. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué que « la prochaine étape devrait être la levée du pass vaccinal et de l'obligation du port du masque en intérieur » partout, à condition que la situation soit « normalisée dans les hôpitaux […] Nous pourrions, selon les projections de l'Institut Pasteur, atteindre cela d'ici à la mi-mars. »

Selon la logique gouvernementale, le pass sanitaire/vaccinal devait être une mesure d’exception prise en dernier recours après toutes les mesure dite de prophylaxie comme le port du masque. Dans son avis rendu en août dernier, le Conseil constitutionnel avait validé le principe du pass vaccinal sous réserve du respect du triptyque adéquation, nécessité et proportionnalité. Or, les conditions de nécessité et de proportionnalité exigent que cette mesure peut être mise en place seulement si aucune alternative moins attentatoire à une liberté constitutionnelle ne permet d’atteindre l’objectif...

Contenu réservé aux abonnés

27 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter