France

À BFM TV, on aime les restaurants clandestins ! Abonnés

Thèmes abordés

justicemédiasrestrictionsrestaurants clandestins

Une information du Canard enchaîné de ce mercredi 3 mars révèle que plusieurs journalistes et consultants santé de la chaîne BFM TV ont été verbalisés dans un restaurant clandestin le 24 février dernier. Une belle illustration du « faites ce que je dis, pas ce que je fais » de la part d’une chaîne spécialiste des informations anxiogènes.

À BFM TV, on aime les restaurants clandestins !
Le 3 mars 2021

C’est en plein couvre-feu, aux alentours de minuit, qu’une patrouille de police a contrôlé un restaurant clandestin du 15ème arrondissement de Paris, à proximité du siège de la chaîne d’information BFM TV. Et dans la vingtaine de clients présents : plusieurs journalistes (dont les noms ne sont pas cités), ainsi que… des consultants santé de la chaîne ! Parmi lesquels, notamment, un officier des sapeurs-pompiers parisiens. Tous ont été verbalisés, et le gérant du restaurant a été placé en garde à vue pour mise en danger de la vie d’autrui selon les éléments du Canard enchaîné.

Situation cocasse, d’autant que l’information délivrée en continu sur BFM TV consiste systématiquement à propager la logique de peur qui étouffe le pays depuis près d’un an à grand coups d’injonctions moralisatrices. Et que des « spécialistes » appelant sans cesse à toujours plus d’enfermement comme Gilbert Deray ou Karine Lacombe disposent de leur rond de serviette sur tous les plateaux de la chaîne. Bizarrement, les grands médias toujours prompts à pousser des cris d’orfraie face aux « relâchements » de la population par de multiples reportages sur les Français qui en ont marre des restrictions infondées ne s’étalent cette fois pas sur le sujet.

Peut-être est-ce enfin l’occasion, pour eux, de militer en faveur de la réouverture de tous les restaurants, afin que les moments de détente entre amis ou collègues ne soient plus seulement réservés à une caste de privilégiés ?

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter