analyses

Suicide du restaurateur Rudy Noël : le visage d’une profession à l’agonie Abonnés

Thèmes abordés

restaurateurs

Après le suicide du cafetier vosgien provoqué par les restrictions gouvernementales, un de ses proches évoque le souvenir d’un homme dévoué et revient sur la controverse suscitée par l’hommage d’Emmanuel Macron. Un énième drame humain, symbole du désespoir de toute une profession.

Le 26 janvier 2021

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, un visage est mis sur la détresse des restaurateurs. Ce visage, c’est celui de Rudy Noël, 43 ans, qui a mis fin à ses jours dans son café le 12 janvier. Ce père de trois enfants avait voué sa vie à son établissement « L’Estaminet », créé il y a 17 ans. À Vagney, ce village vosgien de 4000 âmes, cette disparition laisse un sentiment mêlé de tristesse, de colère et d’incompréhension, mais surtout un grand vide. Que ce soit dans les foires, les marchés ou les concerts, « tout évènement sur Vagney ou ses alentours, Rudy en faisait forcément partie »raconte Alexandre Gehin, président de l’Union des commerçants de Vagney et proche de Rudy.

Au cœur de cette France périphérique qui souffre dans l’ombre, Rudy était une figure de résilience. « Remonter un bar dans un village alors que tous fermaient les uns après les autres, quelle audace ! »s’exclame Frédéric, un client ponctuel, qui se souvient d’un « personnage charismatique, qui ne laissait personne indiffèrent et ne passait jamais inaperçu ». Mais malgré sa joie de vivre et son entrain, les restrictions du gouvernement auront eu raison de lui. Au second confinement, Rudy avait créé le « camp volant » : une tonnelle sous laquelle il vendait du café, de la bière et autres mets à emporter. Contrôles après contrôles, le café a fini par subir une fermeture administrative. Selon Alexandre Gehin, c’était le coup de grâce : « Il était dans son bar de 6 heures à 2 heures du matin, il faisait du théâtre, du spectacle, de l’animation… Et quand tout cela s’est arrêté, il a tout perdu, il n’avait plus rien. Et on connaît maintenant les conséquences… »

Un hommage présidentiel mal venu

Malgré sa personnalité haute en couleur, la notoriété soudaine de Rudy n’est pas due à sa famille, qui tient à vivre son deuil discrètement. Si son nom a fait l’actualité, c’est principalement suite à l’hommage rendu par Emmanuel Macron, le lendemain du suicide du cafetier. Une initiative qui laisse un goût amer chez les Voinrauds. « C’est très mal venu de faire un hommage comme ça alors qu’il était en présence de plusieurs dizaines de personnes pour faire la galette à l’Élysée, lance Alexandre Gehin. Alors que Rudy, lui, a donné de sa vie pour neuf personnes devant son bar. »

Alors que la date de réouverture des restaurants s’éloigne toujours un peu plus, de nombreux établissements sont désormais au bord du gouffre. Combien faudra-t-il de morts avant le retour à la raison ?

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter