France

« Vous ne pouvez pas négliger ce combat » : L’alerte contre le suicide chez les jeunes Abonnés

Après un an d’épidémie, deux confinements et une situation morale et économique au plus bas, la journée nationale de prévention du suicide de ce vendredi 5 février, est particulièrement chargée en enjeux. À cette occasion, l’association PHARE Enfants-Parents adresse une lettre ouverte au Premier ministre Jean Castex, pour l’alerter sur l’état psychologique déplorable chez les jeunes.

« Vous ne pouvez pas négliger ce combat » : L’alerte contre le suicide chez les jeunes
Le 4 février 2021

Après un an d’épidémie, deux confinements et une situation morale et économique au plus bas, la journée nationale de prévention du suicide de ce vendredi 5 février, est particulièrement chargée en enjeux. À cette occasion, l’association PHARE Enfants-Parents adresse une lettre ouverte au Premier ministre Jean Castex, pour l’alerter sur l’état psychologique déplorable chez les jeunes. Une enquête Ipsos publiée le 28 janvier pour la Fondation FondaMental révèle que près de deux tiers des 18-25 ans estiment que la crise sanitaire « aura des conséquences négatives sur leur santé mentale ». Plus alarmant encore : 29 % des jeunes ont évoqué des pensées suicidaires.

En plus de ces chiffres, ce constat émane aussi de l’expérience du terrain. Le médecin généraliste Fabien Quedeville, qui a alerté sur les conséquences d’un troisième confinement sur la santé psychologique de la population, a affirmé recevoir plus de patients pour des pathologies conséquentes à la crise sanitaire qu’au covid lui-même. Une prise de position qui lui a valu d’être convoqué par le Conseil départemental de l’Essonne de l’Ordre des médecins.

LETTRE OUVERTE à Monsieur le Premier Ministre à l’occasion de la 25e Journée Nationale de Prévention du Suicide - 5 février 2021

Jeanne 12 ans, Tim 12 ans, Romain 13 ans, Thibaut 15 ans, Clémence 17 ans, Hadrien 17 ans,

Marko 18 ans, Rafael 18 ans, Renaud 21 ans, Maxime 22 ans, Amandine 27 ans… Ces jeunes se sont récemment donné la mort. Ils font partie de la terrible statistique des 10 000 suicides annuels en France.

Le coût humain, social, moral et économique du suicide est immense et sans doute jamais mesuré dans toutes ses dimensions. Tout porte à croire que la situation s’aggrave avec les effets de la crise sanitaire, tout particulièrement pour les jeunes, dont le mal-être est patent et...

Contenu disponible gratuitement

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter