Analyses

Voix de gauche : la lourde drague d’Emmanuel Macron Abonnés

Thèmes abordés

MélenchonEmmanuel Macron

Loin d’être assuré de sa réélection et ne disposant que d’une très faible réserve de voix à droite, le président-candidat cherche désormais des électeurs tous azimuts en faisant de nombreux appels du pied aux électeurs de gauche, et notamment à ceux de la France Insoumise. Le début d’un « macrono-mélenchonisme » ?

Voix de gauche : la lourde drague d’Emmanuel Macron
Le 15 avril 2022

Visiblement, les soutiens encombrants de Nicolas Sarkozy et du Medef risquent de ne pas suffire à Emmanuel Macron pour remporter le deuxième tour de la présidentielle. En ayant siphonné les électeurs de Valérie Pécresse dès le premier tour, le bloc de centre-droit mondialiste et européiste incarné par le président sortant et sa rivale malheureuse des Républicains ne pèse pas lourd, et devra bien aller se chercher des soutiens ailleurs. Et en toute logique, cet ailleurs se trouve du côté des électeurs de gauche et tout particulièrement de La France Insoumise, dont le chef de file Jean-Luc Mélenchon a asséné à plusieurs reprises « pas une voix pour Madame Le Pen ». Mais pas une voix pour Madame Le Pen ne signifie pas pour autant d’aller voter obligatoirement pour Emmanuel Macron. Même si les élus Insoumis doivent certainement espérer une victoire de ce dernier — afin de s’ériger en principale opposition et conserver ainsi une existence politique —, une partie des électeurs ayant porté leur suffrage sur le parti mélenchoniste ne l’entend pas forcément de cette oreille, le « tout sauf Macron » étant une véritable option pour une frange de cet électorat décidée à ne pas revivre cinq ans de casse sociale et de mépris supplémentaires. D’où la nécessité, pour Emmanuel Macron, de tenter d’attirer à lui tous ceux qui croient encore à la fable du « barrage » en jouant désormais une partition flatteuse pour les électeurs de gauche.

En ligne de mire tout d’abord, les questions écologiques. Le flop de Yannick Jadot et d'Europe-Écologie Les Verts (EELV) a démontré que l’écologie politique de gauche avait pâti du vote utile en se reportant sur Jean-Luc Mélenchon, qui a su habilement s’emparer de la question du climat (importante dans une partie de la jeunesse) au détriment du leader d’EELV, auteur d’une campagne inaudible et qui a immédiatement appelé les...

Contenu réservé aux abonnés

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter