france

Un manuel scolaire de sixième justifie le confinement auprès des élèves Abonnés

Dans son édition 2021, le manuel scolaire d’histoire-géographie de l’éditeur Belin consacre une double-page au confinement dans sa rubrique « enseignement moral et civique ». Objectif : convaincre les élèves de sixième que le confinement est une mesure « d’intérêt général »… et respectueuse des libertés publiques !

Un manuel scolaire de sixième justifie le confinement auprès des élèves
Le 13 septembre 2021

L’endoctrinement, ça commence visiblement dès le collège ! Dans la dernière mouture de son manuel d’histoire-géo à destination des sixième, la maison d’édition Belin a en effet consacré une double-page au confinement de mars 2020, pour expliquer aux enfants « comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ? ». Ce qui n’a pas manqué d’attirer l’attention de nombreux parents d’élèves qui ont fait par de leur indignation sur les réseaux sociaux, choqués par la teneur de ce qui ressemble davantage à de la propagande gouvernementale qu’à un innocent contenu pédagogique.

Et pour cause, le dossier annonce clairement que les objectifs, pour l’élève, sont de « comprendre l’intérêt général » et de « se montrer responsable envers autrui ». Des méthode culpabilisatrices dignes d’un tweet de Gilbert Deray qui publiait l’hiver dernier des photos d’enfants masqués accompagnés de la légende « je ne tue pas mamy, je ne tue pas papy ». D’autant que le manuel pratique une désinformation assumée en expliquant que le confinement est « une procédure de sécurité ayant pour objectif de protéger des personnes ou une population en les isolant dans un espace clos ».

HISTOIRE GEOGRAPHIE 6E 2021. Éditeur : Belin. Auteurs : SOLANGE RAMEIX (DIR.), THOMAS RIGAUD (DIR.), FABIEN CHAUMARD (DIR.), SOLANGE RAMEIX, THOMAS RIGAUD, FABIEN CHAUMARD

Sous prétexte d’expliquer aux jeunes collégiens que « la justice fait respecter la loi », le document s’appuie sur un article de France Info et de l’AFP évoquant la situation d’un homme qui s’est vu condamné à 105 heures de travaux d’intérêt général pour plusieurs violations du confinement deux semaines après la mise en place de celui-ci, à la fin du mois de mars 2020. Ce que l’article omet, en revanche, c’est de relayer les propos moralisateurs du juge qui a prononcé cette condamnation et a déclaré à l’accusé « j’espère que ce TIG se fera...

Contenu réservé aux abonnés

44 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter