france

Troisième dose pour tous : et vive la liberté ! Abonnés

Thèmes abordés

Olivier VéranVérandiscourspass sanitaireTroisième dose

Ce jeudi 25 novembre, Olivier Véran a indiqué que la « cinquième vague » n’entraînerait pas (pour le moment) de mesures restrictives de libertés comme un confinement ou des couvres-feu, mais que le maintien du pass sanitaire serait prochainement conditionné à la troisième dose pour tout le monde.

Troisième dose pour tous : et vive la liberté !
Le 25 novembre 2021

« Oui la France connaît à son tour une cinquième vague, (...) plus forte, plus longue que la quatrième vague survenue cet été », mais « nous avons les moyens de nous prémunir, individuellement et collectivement, des conséquences dramatiques des premières vagues », a indiqué d’entrée de jeu Olivier Véran dans sa conférence de presse. Avant d’ajouter fièrement, comme pour faire taire les mauvaises langues qui prévoyaient le pire : « je ne vous annoncerai ni confinement, ni couvre-feu, ni fermeture anticipée des commerces, ni limitation des déplacements ».

Mais comme toujours, à chaque fois qu’une liberté est prétendument accordée, il y a systématiquement quelque chose en échange. Et cette fois, c’est encore le jusqu’au-boutisme vaccinal qui prime, puisque désormais la campagne de rappel vaccinal va être étendue à tous les adultes vaccinés, et la validité du pass sanitaire sera conditionnée à l’administration de cette « troisième dose » (ou deuxième dose pour ceux qui ont déjà été infecté) à compter du 15 janvier prochain. Sept mois après la dernière injection reçue, un vacciné deux doses devient donc un simple non-vaccinés, qui sera probablement regardé de haut comme un « irresponsable » et un « criminel » par les citoyens triplement vaccinés. À supposer qu’ils ne soient pas, à ce moment, en train de se préparer à recevoir leur quatrième injection, comme cela est désormais envisagé en Israël.

Pour tous ceux qui n’ont pas reçu le vaccin, le pass sanitaire est encore valable en présentant un test négatif, mais de moins de 24h cette fois, contre 72h avant, et ce dès le 29 novembre. Aux frais du non-vacciné bien sûr, sur qui pèse tous les malheurs de l’humanité. Et pour tout le monde, vacciné ou non, c’est également le grand retour du masque partout et tout le temps : dans les lieux clos pourtant soumis au pass sanitaire (outil pourtant...

Contenu réservé aux abonnés

16 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter