France

Suicide assisté : la sinistre ambition d’Emmanuel Macron Abonnés

Thèmes abordés

Jean-François DelfraissyDelfraissyéthiqueMacroncomité d'éthiqueEmmanuel Macron

Espérant être décoré des lauriers du progressisme, Emmanuel Macron va lancer une convention citoyenne sur la fin de vie en octobre. Mais peut-on réellement parler de progrès ?

Suicide assisté : la sinistre ambition d’Emmanuel Macron
Le 16 septembre 2022

Giscard a eu sa légalisation de l’avortement, François Mitterrand, son abolition de la peine de mort et François Hollande, son mariage pour tous. Emmanuel Macron cherche, lui aussi, à « laisser sa trace ». L’extension de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes et aux femmes seules adoptée à la fin de son premier quinquennat ne semble pas lui suffire, puisqu’il a désormais décidé de s’attaquer à la question de la fin de vie, emboitant le pas au Comité consultatif national d'éthique (CCNE).

Dans un avis rendu ce mardi 13 septembre, l’organisme dirigé par l’inénarrable Jean-François Delfraissy — qui déclarait dans les colonnes de Valeurs Actuelles en 2018 : « Je ne sais pas ce que sont le bien et le mal. » — s’est montré favorable au suicide assisté pour des « personnes majeures atteintes de maladies graves et incurables provoquant des souffrances physiques ou psychiques réfractaires dont le pronostic est engagé à moyen terme », ainsi qu’à l’euthanasie (acte médical donnant la mort) pour « les personnes qui ne sont pas physiquement aptes à un tel geste », conditionnant la décision de ce geste à « l’appréciation du juge ». Ni une ni deux : Emmanuel Macron a annoncé la tenue prochaine d’une « consultation citoyenne » (encore une !) pour une loi en 2023, et, pourquoi pas, un référendum !

Pour cela, il peut bénéficier de l’appui de la très populaire Line Renaud, qui s’est vantée d’avoir réussi à convaincre le président : « Au dîner où je suis revenu sur la question, le président m'a fait comprendre que ça se ferait […]. Il me semble que c'est en bonne voie. Je me battrai jusqu'à ce que j'y arrive. » L’actrice dont la légitimité n’est pourtant pas censée dépasser les salles obscures s’est même dit prête à «prendre la parole» devant les citoyens, avant de préciser : « Le député Olivier Falorni (par...

Contenu disponible gratuitement

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter