France

Six personnes à l’extérieur : l’Absurdistan autoritaire n’a plus de limites Abonnés

Thèmes abordés

restrictionsextérieur

Signe de l’inanité de cette mesure, les Français avaient oublié l’interdiction des rassemblements de plus de six personnes à l’extérieur. En plein délire contradictoire, le gouvernement enjoint la population à sortir s’aérer mais menace en même temps de faire appliquer cette règle drastiquement.

Six personnes à l’extérieur :  l’Absurdistan autoritaire n’a plus de limites
Le 25 mars 2021

Pas plus de six personnes à l’extérieur, sauf rassemblements autorisés. Une mesure qui datait en réalité déjà d’un décret adopté durant le second confinement, mais rapidement tombée dans l’oubli de la population et des autorités, n’ayant pratiquement pas appliquée. Une raison logique pour que cette mesure douteuse demeure parmi les multiples anecdotes de cette crise. Mais le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a décidé de remettre le couvert en demandant désormais aux préfets une verbalisation « stricte » de ces rassemblements supposés faire courir un grave danger à la population. Après les couacs des attestations, voilà encore un cafouillage en trois actes : en donnant des précisions sur les nouvelles restrictions, le ministre avait tout d’abord expliqué que ladite mesure s’appliquait sur l’ensemble du territoire français. Le gouvernement a ensuite affirmé que seuls les départements soumis au pseudo nouveau confinement seront concernés, avant de finalement revenir sur sa décision initiale.

Reste donc à savoir maintenant si cette mesure sera réellement appliquée au vu de la difficulté d’apprécier ce qui constitue précisément un rassemblement de plus de six personnes. Difficile d’imaginer qu’un policier verbalisera les membres d’une famille nombreuse vivant a fortiori sous le même toit, simplement parce qu’ils ont le malheur d’être plus d’une demi-douzaine à se promener…

Afin d’en savoir plus sur l’applicabilité de cette mesure, Bas les masques a contacté un avocat qui confirme que tout dépendra de l’appréciation des policiers en charge des contrôles, qui se fonderont très certainement sur les distances entre les personnes pour juger s’ils sont face à un « rassemblement ». Au-delà du côté ubuesque, c’est encore un risque de glissement vers toujours plus d’arbitraire qui semble se dessiner, car il y a fort à parier que les fonctionnaires ne se promènent guère avec un télémètre pour vérifier que l’écart est bien respecté....

Contenu disponible gratuitement

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter