France

Services d'urgences fermés : quand le gouvernement ne sait plus mentir Abonnés

Thèmes abordés

communicationsanté publiqueministère de la Santésanté hôpital public

Après avoir préféré parler de « régulation », le ministre de la Santé François Braun a été contraint d’admettre l’évidente fermeture de certains services d’urgences, tout en persistant à relativiser la situation. Un énième revirement qui fait tâche dans la communication cache-misère du gouvernement. 

Services d'urgences fermés : quand le gouvernement ne sait plus mentir
Le 11 août 2022

François Braun est-il atteint de Darmanite aiguë ? Après les mensonges patents de Gérald Darmanin autour du fiasco de la finale de la Ligue des champions au stade de France, un nouveau ministre est contraint de faire marche arrière dans son expression publique. Alors que le ministère de la Santé appelait fin juillet les Français à « ne pas surcharger les urgences afin que ces services restent disponibles pour accueillir les cas les plus graves », et que près de 20% des services d’urgences ont été contraints de limiter leurs activités, voire parfois de fermer temporairement, François Braun martelait qu’il n’y avait « pas de fermetures d’urgences », appelant à « arrêter avec ce terme qui est tout le temps utilisé. C'est un terme qui fait peur. » L’ancien « référent santé » de la campagne de réélection d’Emmanuel Macron préférait alors parler d’« accès régulé médicalement par des soignants vers les services d’urgences […]. Cette régulation n'apporte pas une dégradation des soins, comme je peux l'entendre, mais elle apporte au contraire une meilleure orientation des patients en fonction des besoins. »

Une novlangue qui aurait pu avoir son effet si elle n’avait pas été grossièrement mise en échec par la réalité. Surtout que la fermeture de certains services d’urgence sur le territoire durant la saison estivale faisait justement partie des préconisations de l’ex-médecin urgentiste, lorsqu’il était en charge de la fameuse « mission flash ». D’autant plus qu’au lendemain de cette première déclaration prononcée le 3 août au CHU de Nantes, le syndicat SAMU-Urgences France — que François Braun lui-même présidait avant de devenir ministre ! —, avait publié une enquête sur la situation des urgences au mois de juillet, démontrant d’après eux que près de 42 établissements ont été contraints de fermer ponctuellement leurs services d’urgences de nuit en juillet, et 23 autres la journée....

Contenu réservé aux abonnés

30 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter