france

Revue de presse rassuriste : le vent est-il en train de tourner ? Abonnés

Thèmes abordés

VéranrassuristespresseomicronFischerCaumes

Depuis le début 2022, alors que le gouvernement renforce ses mesures liberticides et disproportionnées, on constate paradoxalement un retournement du discours de certains alarmistes vers des positions qui auraient été qualifiées péjorativement de « rassuristes » il y a seulement quelques semaines. Si cela ne se traduit pas encore dans les actes, les dissonances cognitives induites par ce changement de narratif sont déjà intéressantes à observer. Sélection.

Revue de presse rassuriste : le vent est-il en train de tourner ?
Le 5 janvier 2022

Omicron moins dangereux que prévu ? Même si presque tout le monde le sait, il est toujours bon de le rappeler. Y compris lorsque l’on est ministre de la Santé et que l’on porte la mesure édifiante qu’est le pass vaccinal. Ainsi, dans le Journal du dimanche du 2 janvier dernier, Olivier Véran ose supposer que la « cinquième vague sera peut-être la dernière » et reconnaît qu’il y a « trois fois moins de formes graves de la maladie avec Omicron qu'avec Delta ». Ce qui ne l’empêche pas — fuite en avant oblige — de vouloir à tout prix rendre encore plus difficile la vie des non-vaccinés. Et même celle des vaccinés, au passage, en défendant des mesures aberrantes comme l’interdiction de boire un café debout ou de grignoter au cinéma. Drôles de dissonance cognitive pour un variant peu dangereux et reconnu comme tel, surtout que, sur France Inter le lendemain, le ministre de la Santé a réitéré en affirmant : « Omicron est moins dangereux, il provoque moins de syndromes de détresse respiratoire aiguë, et les besoins en lits de réanimation sont moins importants qu'avec les variants précédents » avant d’ajouter que « vu le taux de contaminations dans notre pays et sur la planète, il est probable que nous ayons tous acquis une forme d'immunité ou par la vaccination, ou par l'infection, ou les deux ». Rassuriste malgré lui ?

En matière d’injonctions contradictoires, citons également le professeur Alain Fischer, le « M. Vaccins » du gouvernement qui n’a jamais aussi bien porté son surnom puisqu’il plaide désormais pour ouvrir la troisième dose aux moins de 18 ans… tout en affirmant sur le plateau de BFM TV lundi 3 janvier que l’évolution de la maladie du fait du variant omicron qui est « un virus qui résiste plus à la réponse immunitaire, qui est un peu plus transmissible et...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter