france

Restaurants fermés : Jacques Attali alerte sur une dérive du pouvoir Abonnés

Thèmes abordés

restaurants

Par un long billet publié sur son site internet, l’écrivain et économiste Jacques Attali s’alarme des conséquences délétères de la fermeture prolongée des restaurants. Et voit dans l’interdiction des réunions autour d’un repas convivial une façon, pour le pouvoir, d’empêcher les contestations.

Restaurants fermés : Jacques Attali alerte sur une dérive du pouvoir
Le 12 février 2021

Dans un texte brillant intitulé Manger, c’est parler,Jacques Attali pointe les incohérences — particulièrement nombreuses — de la gestion de la crise sanitaire, notamment : « comment justifier que les théâtres et les cinémas soient fermés quand les métros et les trains roulent ? » ou encore « comment admettre qu’on ferme les magasins à l’heure où la plupart des gens sortent du travail et peuvent faire leurs courses ? ». Des incohérences évidemment difficiles à comprendre, et qui touchent, comme il relève, tout particulièrement les restaurants : « Comment expliquer qu’on ne les autorise pas à ouvrir quand il est autorisé de manger à sa place dans un train ? Comment admettre qu’on ne les autorise pas à recevoir leurs clients au moins sur les trottoirs ou sur leurs terrasses, avec tous les chauffages d’appoint nécessaires (…) ».

Mais en plus de simplement mettre le doigt sur ces absurdités évidentes, c’est surtout à une analyse sans concessions que se livre Jacques Attali, dans un texte qui pourrait en surprendre plus d’un. Car pour lui, cette situation ferait en réalité le jeu du pouvoir, en empêchant les réunions et donc en limitant les velléités contestataires : « (…) les restaurants ne sont pas uniquement un lieu de consommation alimentaire. Ils sont, avec le repas familial, les lieux principaux de la conversation, et de la transmission. Or, les pouvoirs, dans toutes les sociétés, n’aiment pas que les gens bavardent en mangeant : ils y échangent des informations ; ils y discutent de sujets politiques ; ils y organisent des coalitions ; tout cela hors du contrôle du pouvoir, qui ne sait rien de ce qui s’y dit ; très dangereux pour lui ». S’il n’est peut-être pas le seul à le penser, cette prise de position est en tout...

Contenu disponible gratuitement

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter