France

Politique et médias : les leçons malvenues d'Emmanuel Macron Abonnés

Thèmes abordés

Emmanuel Macron

Après la pique adressée par Marine Le Pen aux membres de l’émission Quotidien qu’elle a refusé d’accréditer, Emmanuel Macron s’est empressé de dénoncer une « dérive autoritaire » de sa rivale. Pourtant, le candidat-président est très loin d’être exempt de tout reproche dans ses rapports avec la presse.

Politique et médias : les leçons malvenues d'Emmanuel Macron
Le 13 avril 2022

Une nouvelle polémique qui démontre la fébrilité d’Emmanuel Macron ? C’est ce que laisse supposer la réaction de ce dernier après la sortie de Marine Le Pen mardi 12 avril qui, lors d'une conférence de presse sur les institutions et la vie démocratique, a rembarré des journalistes de l’émission Quotidien au motif que ceux-ci font davantage du « divertissement » que de l’information. Autrement dit, la candidate du Rassemblement national leur a fait savoir qu’elle n’appréciait guère leurs prises de positions à la fois moqueuses et hostiles vis-à-vis d’elle, de son parti et de ses électeurs. Rien de particulièrement surprenant lorsqu’on connaît la teneur de cette émission, jamais avare de montage et de manipulations lorsqu’il s’agit de discréditer ses adversaires idéologiques. Il n’en fallait pas tant à Emmanuel Macron pour se saisir de cette occasion afin de s’en prendre à sa rivale, dont il a fustigé l’attitude à l'égard de la presse et des institutions. « Quand la candidate du Rassemblement national dit “vous êtes journaliste, mais monsieur ne l'est pas parce qu'il dit des choses qui ne me plaisent pas“, on a le début d'une dérive autoritaire » a ainsi déclaré le président sortant, visiblement fébrile depuis le début de la campagne de second tour.

La paille et la poutre

Pourtant, en matière de relation avec les journalistes, Emmanuel Macron ferait mieux de se remettre en question et d’éviter de pointer la paille dans l’oeil de Marine Le Pen en faisant semblant de ne pas voir la poutre qu’il a dans le sien. En effet, depuis son arrivée au pouvoir il y a cinq ans, jamais un président de la République ne s’était aussi mal comporté que lui à l’égard des journalistes. Dès le mois de septembre 2017, le président fraîchement élu s’était fait remarquer par une sortie particulièrement hostile aux journalistes français auprès...

Contenu réservé aux abonnés

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter