analyses

Passe vaccinal ou sanitaire : la faute à Voltaire ? Abonnés

Les règles à la fois contradictoires et incompréhensibles concernant le pass vaccinal sont-elles une énième manifestation d'ingénierie sociale ? Un billet de notre contributeur Henri Feng.

Passe vaccinal ou sanitaire : la faute à Voltaire ?
Le 17 février 2022

Passe vaccinal ou sanitaire : la faute à Voltaire ?

Contre le Covid-19, un nouveau protocole doit subitement s’appliquer : « une infection = une injection », pour notre ministre de la Santé, Olivier Véran, le 2 février, et ce, dans la foulée de la réduction de la durée de validité du certificat de rétablissement, quatre mois plutôt que six. Alors que des démocraties comme Israël et le Royaume-Uni ont finalement décidé de ne plus tenter de retenir la dissémination des derniers variants et sous-variants de ce virus apparu initialement en Chine (du « variant anglais » au probable BF.7 ?), exponentiellement contagieux et moins létaux. Donc, anarcho-tyrannie ou règnes de l’improvisation et de l’arbitraire ? Par conséquent, y’a-t-il réellement une philosophie du passe, sanitaire (celui du 9 août dernier) ou vaccinal (celui du 24 janvier), pour ne pas dire du passe-droit ? En tout cas, avec l’idée de faire primer le devoir sur le droit, en conditionnant telle ou telle entrée à la détention d’un QR Code signifiant autant la sanité du corps que la sainteté de l’âme. Comme si la société gantée avec de l’alcool et le visage masqué devait rester indépassable, et pour que la méfiance annihile la tolérance, pour que la liberté de quelques-uns anéantisse celle de tous les autres. Ou bien, l’art du mépris, de la provocation, foncièrement de la passion raisonnante. En quelque sorte, celui de, naguère, François-Marie Arouet, dit Voltaire. Vraiment ? Pourquoi ?

Jésuite d’abord, franc-maçon ensuite, le plus libéral et le plus anglomane des Lumières se plaisait à tester l’opinion. D’où son goût pour l’expérimentation, pour le test des idées… Avant l’heure, un homme de coup médiatique, notamment quand il fallait diffuser, à travers son Dictionnaire philosophique portatif, la pensée matérialiste et empiriste au sein du royaume de France, essentiellement celle de John Locke, pourfendeur du catholicisme. Et parce que le livre...

Contenu réservé aux abonnés

43 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter