france

Pass sanitaire aux meetings politiques : des choix qui en disent long Abonnés

Thèmes abordés

politiquepass sanitairepasse sanitaireMélenchonZemmour

Le pass sanitaire n’est pas obligatoire pour assister à des réunions politiques. Mais certains candidats comptent néanmoins le demander, quand d’autres le refusent catégoriquement. Des positions révélatrices de leur adhésion ou non à la politique sanitaire du gouvernement.

Pass sanitaire aux meetings politiques : des choix qui en disent long
Le 7 décembre 2021

Dimanche dernier, deux meetings politiques ont fait jaser parmi les alarmistes et les médecins de plateaux : d’un côté Éric Zemmour à Villepinte avec ses 15 000 partisans, et de l’autre Jean-Luc Mélenchon à la Défense, qui a réunit plus modestement 5 000 supporters. Leur point commun : pas de pass sanitaire exigé à l’entrée, conformément à la décision du Conseil constitutionnel qui indique que le pass ne peut être exigé pour les réunions à caractère politique afin de préserver la vie démocratique. L'État ne peut donc pas considérer que les meetings sont de grands événements et en restreindre l'accès, sous peine d'être dans l’illégalité… tout en laissant l’organisateur en décider autrement s’il le souhaite, comme l’avait récemment affirmé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

La règle est donc finalement que chacun fasse comme bon lui semble, ce qui est notamment le cas de la représentante fraîchement désignée des Républicains, Valérie Pécresse. Cette dernière a assuré qu’il n’est « pas question de faire de meetings sans pass sanitaire » pour ne pas « mettre en danger la santé des Français ». Un problème qui est de toute façon réglé pour son premier grand rassemblement puisque celui-ci ne se tiendra pas en physique « compte-tenu des conditions sanitaires » a ainsi précisé Christian Jacob.

Mais Valérie Pécresse n’est pas la seule à se vouloir plus royaliste que le roi en imposant le pass sanitaire à ses rassemblements. Anne Hidalgo, candidate du Parti Socialiste (qui voulait rendre la vaccination obligatoire) exigera bien le pass pour son meeting du 11 décembre à Perpignan. Quant au parti présidentiel, il avait déjà demandé fin novembre la présentation du QR code pour son meeting de « la maison commune ». Étrangement, Europe-Écologie Les Verts ne compte pas exiger le pass, mais reste sur une position d’alarmisme modéré en n’organisant aucun grand rassemblement. Ainsi,...

Contenu réservé aux abonnés

31 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter