international

Parlement et Conseil européens s’accordent pour prolonger le pass sanitaire dans l’Union Abonnés

Thèmes abordés

covid-19pass sanitaire

Avant le vote du parlement européen prévu la semaine prochaine, la prolongation du pass sanitaire européen pour une année supplémentaire vient de faire l’objet d’un accord de principe entre les parlementaires et les États membres.

Parlement et Conseil européens s’accordent pour prolonger le pass sanitaire dans l’Union
Le 14 juin 2022

Les institutions européennes ont annoncé lundi 13 juin que le Parlement européen et les États membres de l’Union avaient trouvé un accord en vue de la prolongation pour une année (jusqu’en juin 2023) du certificat Covid numérique de l’Union Européenne, c’est à dire le « pass sanitaire européen ». Bien que de nombreux pays de l’Union aient cessé de l’exiger pour pénétrer sur leurs territoires, le Parlement européen indique par voie de communiqué que « les législateurs européens veulent garantir que les citoyens européens puissent circuler librement au cas où émerge un nouveau variant préoccupant ». Entré en vigueur le 1er juillet 2021, en pleine période de folie des QR Codes partout, ce certificat sanitaire — attestant d’une preuve de vaccination, d’un test négatif ou d’un certificat de rétablissement — devait expirer au 30 juin prochain. Visiblement trop tôt pour la Commission européenne et sa présidente Ursula Von Der Leyen, qui a proposé dès le mois de février dernier sa prolongation pour une année. Car pour le commissaire européen Didier Reynders, « La situation épidémiologique peut changer rapidement, et le certificat Covid numérique de l’UE a été un instrument clé pour nous aider à traverser des situations fluctuantes ». Bien que rien ne permette d’étayer cette affirmation péremptoire — aucune étude n’a démontré l’effet du pass sanitaire sur la propagation de l’épidémie — le mythe de l’efficacité des restrictions semble encore en vigueur au sein des institutions européennes.

Même si Didier Reynders soutient être déterminé « à revenir à une libre circulation sans restriction », et prétend se féliciter « de la décision prise par certains États membres de lever toutes les restrictions de voyage, y compris la présentation d’un certificat Covid », il justifie le maintien de cette mesure en affirmant que « l’accord conclu aujourd’hui nous aidera à continuer de faciliter les voyages libres et sûrs, si une augmentation des...

Contenu réservé aux abonnés

33 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter