france

Omicron : les mêmes méthodes liberticides et inefficaces, mais en pire Abonnés

Thèmes abordés

enfantsvaccination obligatoirepasse sanitaireomicronpass vaccinal

Alors que la vaccination généralisée n’a pas montré sa capacité à endiguer le Covid-19, l’exécutif n’a pas cru bon de revoir sa copie face à l’arrivée d’Omicron. Pire encore, il continue sa fuite en avant autoritaire, que les dernières données scientifiques prédisent déjà comme inefficace.

Omicron : les mêmes méthodes liberticides et inefficaces, mais en pire
Le 19 décembre 2021

La vaccination généralisée ne fonctionne pas ? Il en faut donc plus ! Après avoir annoncé transformer le pass sanitaire en pass vaccinal fin janvier, les autorités ne semblent pas disposées à s’arrêter là. Après une évocation de la part d’Olivier Véran ce week-end, la ministre du Travail Élisabeth Borne a réuni les partenaires sociaux ce lundi à 11 heures pour discuter de la mise en place du pass sanitaire à toutes les entreprises — tel que l’ont notamment décidé l’Allemagne ou l’Italie. Une réunion qui porterait davantage sur les modalités que sur le principe lui-même, qui serait déjà décidé en plus haut lieu, comme le rapporte Le Figaro.

Stratégie ultime : remplir les vaccinodromes

Mais les autorités ne comptent pas seulement sur les adultes pour remplir les vaccinodromes. Après le Comité consultatif national d’éthique vendredi dernier, la Haute autorité de santé (HAS) a approuvé ce lundi la vaccination des enfants de 5 à 11 ans. La HAS précise que les injections doivent être précédées « par la réalisation d'un TROD sérologique (en l'absence d'antécédent connu et documenté de Covid-19) afin de limiter l'administration du vaccin à une seule dose en cas de test positif ». Encore en attente de certaines données américaines, le Comité d’orientation pour la stratégie vaccinale devrait donner son feu vert mercredi après-midi.

Vaccination au travail, à l’école, partout et pour tout le monde… sans aucune prise en compte de la différenciation de la maladie et de la balance bénéficie-risque. Une stratégie qui laisse perplexe,  mais qui pourrait a minima être débattue si seulement elle permettait d’enrayer la propagation du virus. Mais étant donné l’échec de cette objectif face au variant Delta, on a du mal à voir comment pourrait-il en être autrement face à Omicron, surtout si ce dernier est plus contagieux — tout en...

Contenu réservé aux abonnés

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter