international

Moderna : la prudence scandinave contraste avec l'entêtement français Abonnés

Thèmes abordés

SuèdevaccinationModernamyocardites

Islande, Finlande, Suède, Danemark… Plusieurs pays scandinaves ont décidé de suspendre l’utilisation du vaccin anti-Covid de Moderna, pour les jeunes ou pour tous. Preuve que quand on le veut, appliquer le principe de précaution est possible.

Moderna : la prudence scandinave contraste avec l'entêtement français
Le 12 octobre 2021

En limitant les restrictions de libertés depuis le début de la crise du Covid-19, la plupart des pays du Nord de l’Europe nous ont donné une véritable leçon de sagesse scandinave. Une ligne de conduite qu’ils semblent réitérer à l’égard des vaccins, tandis que la France s’entête dans sa fuite en avant vaccinale couplée au pass sanitaire. En effet, en raison d’un risque de myocardites plus élevé chez les jeunes hommes, le Danemark et la Norvège ont décidé la semaine dernière de déconseiller le sérum de Moderna aux moins de 18 ans de sexe masculin. La Suède et la Finlande, quant à eux, l’ont même interdit pour les hommes de moins de 30 ans, tandis que l’Islande l’a tout bonnement suspendu.

La décision islandaise a été justifiée par « l’augmentation de l’incidence de myocardite et de péricardite [inflammation du péricarde, la membrane recouvrant le cœur, NDLR] après la vaccination avec le vaccin Moderna » a précisé le chef épidémiologiste dans un communiqué de la Direction de la Santé. D’après Mika Salminen, directeur de l'Institut finlandais pour la santé et le bien-être, c’est une étude scandinave associant la Finlande, la Suède, la Norvège et le Danemark qui a conduit à restreindre l’usage de Moderna dans ces pays. Cette étude « a établi que les hommes injectés avec le Spikevax de Moderna et âgés de moins de 30 ans avaient un risque légèrement accru de développer une inflammation du myocarde » relève Mika Salminen, avant d’ajouter : « La plupart de ces cas d'inflammation du myocarde sont bénins et passagers, guérissant d'eux-mêmes en quelques jours, mais il y a un risque. »

Un risque qui n’a pourtant pas l’air d’interroger les autorités françaises. Le Pr Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, a réagi sur LCI vendredi dernier à ces suspensions en affirmant...

Contenu réservé aux abonnés

31 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter