Analyses

Masque à l'extérieur : il est temps de dire stop ! Abonnés

Thèmes abordés

masquepétitionmasque en extérieur

Après un an d’enfermement injustifié, le gouvernement invite désormais les Français à s’aérer au nom à grand renfort du slogan « dedans avec les miens, dehors en citoyen » tout en maintenant l’obligation du port du masque en extérieur. Face à cette injonction contradictoire, le docteur Fabien Quedeville lance une pétition pour demander la suppression de cette mesure.

Masque à l'extérieur : il est temps de dire stop !
Le 23 mars 2021

L’incohérence continue. Alors que le gouvernement commence à peine à réaliser que l’on ne se contamine pas à l’extérieur et que le grand air est sans aucun doute la meilleure réponse à l’épidémie, les nouvelles règles prévoient encore des restrictions aussi absurdes que pénibles.

Dans le document paru ce lundi 22 mars, les pouvoirs publics indiquent ainsi sur un ton infantilisant : « Je peux retrouver des amis dehors mais à 6 maximum et en respectant les gestes barrières », « J’évite de manger ou boire si je ne suis pas seul ou avec les personnes de mon foyer » et surtout « Je porte le masque et je respecte les distances ».

Des recommandations absolument incompréhensibles au regard de l’état actuel des connaissances : aucune étude ne vient en effet prouver, à l’heure actuelle, la possibilité de se contaminer à l’extérieur. En l’état des connaissances, le port du masque à l’extérieur n’est rien d’autre qu’une énième mesure prise dans le cadre d’un « principe de précaution » étouffant, qui empêche tout débat et nuit à la compréhension globale du phénomène.

Au moment de l’entrée en vigueur de cette injonction à la fin de l’été dernier, même des figures peu suspectes d’être « hors-système » s’étaient étonnées d’une telle obligation, à l’image du professeur Antoine Flahaut — pourtant adepte des mesures restrictives comme le confinement — qui reconnaissait dès septembre que cette mesure n’avait « aucune justification scientifique ».

Depuis, un grand nombre de médecins et de scientifiques en sont arrivés au même conclusions.

Rappelons par ailleurs qu’aucun foyer de contamination n’a été recensé après la fête de la musique l’été dernier, ni après la rave-party de Lieuron au moment du passage à la nouvelle année, ni encore à la suite du carnaval de février en Martinique, ni...

Contenu disponible gratuitement

52 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter