France

Les acharnés : jusqu’où iront-ils ? Abonnés

Depuis quelques jours, les médias délaissent un peu la situation en Ukraine au profit de la remontée de « cas positifs » liées au variant BA.2 d’Omicron. L’occasion pour les grandes figures du catastrophisme comme Antoine Flahault, Mathias Wargon, Gilles Pialoux ou encore Yves Buisson de fustiger la fin du masque obligatoire, avec des arguments parfois surprenants.

Les acharnés : jusqu’où iront-ils ?
Le 23 mars 2022

Moins de dix jours après sa suppression dans la plupart des lieux clos — à l’exception des transports et des établissements de soin — le port du masque fait un retour remarqué dans le débat médiatique, à la faveur d’un martèlement médiatique autour de la remontée rapide des « cas positif » alors qu’aucune pression hospitalière n’est pourtant constatée et que les réanimations continuent à se vider petit à petit. Il n’en fallait néanmoins pas tant pour que les alarmistes bien connus se saisissent de l’occasion et reviennent sur le devant de la scène, après être tombés dans un relatif oubli ces dernières semaines. Avec pour mot d’ordre : la fin du masque est « prématurée ».

L’un des premiers à avoir dégainés dans ce sens est sans surprise l’épidémiologiste Antoine Flahaut, qui indiquait dès le 18 mars sur son compte Twitter : « L’Autriche réinstaure dans l’urgence le port obligatoire du masque, à peine deux semaines après l’avoir retiré. Les pays européens sont en train de constater les premiers effets de la désinvolture de leurs politiques vis-à-vis de la gestion de la pandémie » en ajoutant que « L’Italie est peut-être restée l’un des pays les plus raisonnable, apparemment le seul à avoir résisté à cette compétition grotesque et irrationnelle à la levée des mesures sanitaires ». Et pour cause : l’Italie est l’un des rares pays à conserver encore des masques (FFP2 généralement) dans les lieux clos, une partie de la population italienne continuant même à le porter à l’extérieur ! Antoine Flahault apprécie, mais ne semble pas s’émouvoir d’une contradiction évidente, l’Italie étant en rouge sur la carte des contaminations au même titre que la France et une bonne partie de l’Europe de l’Ouest.

Même son de cloche pour l’urgentiste Mathias Wargon, qui a martelé ce mercredi 23 sur RMC : « on a besoin de continuer à porter...

Contenu réservé aux abonnés

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter