La Martinique, foyer de résistance à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire Abonnés

Blocages, manifestations, négociations musclées… la contestation populaire contre l’obligation vaccinale imposée aux soignants a embrasé l’île, poussant même le ministre de la Santé à devoir envoyer une « médiation » sur place. Une tension qui illustre la difficulté de l’autoritarisme hexagonal à s’appliquer en outre-mer.

La Martinique, foyer de résistance à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire
Le 27 octobre 2021

Si les Français de métropole n’ont pas manqué de détermination dans leur combat contre l’autoritarisme sanitaire, leurs compatriotes d’outre-mer font preuve d’encore plus de vigueur. C’est notamment le cas en Martinique, où une grande partie de la population a engagé un véritable bras de fer avec les autorités locales, jusqu’à faire plier le CHU de Martinique.

En effet, le 15 octobre dernier, une manifestation devant l’établissement dont 20% du personnel est vacciné a tourné en affrontements violent avec la police. Les organisations syndicales avaient ainsi bloqué l'accès à l'hôpital Pierre Zobda Quitman en début de semaine, avant d'être contraints par une décision du 18 octobre du tribunal judiciaire de Fort-de-France de libérer les portes de l'établissement. Pour tenter d’apaiser la contestation populaire du personnel non vacciné menacé par une suspension de poste, la direction du CHU a annoncé que le pass sanitaire ne serait pour l’instant plus appliqué à l’hôpital et les patients peuvent s’y rendre librement. Concernant les salariés, « tous les personnels hospitaliers pourront entrer dans leurs services quelle que soit leur situation au regard du passe sanitaire. Les agents en situation de non-conformité sont invités à réaliser un test de dépistage », a annoncé dans un communiqué la direction qui, pour ne pas perdre la face, tient à préciser que « le contrôle systématique du passe sanitaire n'est en aucun cas abandonné ». Un statu quo incertain face à la pression de l’Agence régionale de santé, qui espère bien ramener l’ordre coûte que coûte.

Ce qui ne sera pas chose aisée, car les martiniquais opposés à l’obligation vaccinale et au pass sanitaire continuent de mettre la pression. Lundi soir, soutenus par les pompiers, les chauffeurs de taxi ou les salariés des pompes funèbres, environ 1300 soignants soignants et salariés du CHU ont défilé dans les rues de Fort-de-France pour...

Contenu réservé aux abonnés

28 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter