Analyses

L. Toubiana : "Après avoir joué sur la peur, on jouera sur la culpabilité" Abonnés

Thèmes abordés

coronavirusvaccintoubiana

ENTRETIEN. Laurent Toubiana est épidémiologiste et chercheur à l’INSERM. Fondateur et directeur de l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (IRSAN), il apportera régulièrement à BasLesMasques son éclairage sur la crise sanitaire au fil de l’actualité.

L. Toubiana : "Après avoir joué sur la peur, on jouera sur la culpabilité"
Le 27 novembre 2020

Bas les masques. Que pensez-vous de l’annonce concernant la découverte d’un vaccin ?

Pr. Laurent Toubiana.  Je tiens d’abord à préciser que je ne suis pas anti-vaccins, et que je n’ai aucun a priori négatif sur les vaccins en général. Néanmoins, j’en ai un concernant celui que l’on nous promet sur le Covid. Ce qui est d’ailleurs l’une des raisons de ma réapparition dans les médias depuis août dernier, au moment où j’ai constaté que la question des tests allait dire beaucoup de choses sur la suite des évènements. Avant d’aborder la question du vaccin, il faut donc revenir sur tout ce qui s’est passé depuis quelque temps. Au départ, il y a eu la question des masques obligatoire dans la rue, ce que j’ai trouvé totalement délirant. Et ensuite, les tests généralisés qui ne servaient à rien, hormis à justifier les mesures prises par un volume de tests très élevé qui augmentait mécaniquement le nombre de cas positifs. Malgré tout, ces chiffres n’étaient pas énormes, il n’y avait en réalité pas beaucoup de cas positifs.

Le problème, c’est que l’on a habitué les gens à supporter de plus en plus de contraintes sur cette base. Comme les gens sont tenus par la peur, ils acceptent tout. Entre accepter la peur et la combattre, il y a un pas assez difficile à franchir. Cela ne veut pas dire pour autant que les gens n’en ont pas assez, mais pour le moment, ils subissent. Aussi, lorsqu’on leur donnera une solution comme le vaccin, les gens se jetteront dessus afin de sortir au plus vite de cette situation. Après avoir joué sur la peur, on jouera sur la culpabilité car on dira aux gens « si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour les autres ». Il y a...

Contenu disponible gratuitement

80 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter