France

Kouchner boy, Mediator… Qui est Didier-Roland Tabuteau, la nouvelle tête du Conseil d’Etat ? Abonnés

Thèmes abordés

politiqueConseil d'Etat

Depuis mercredi, le Conseil d’État a un nouveau vice-président à sa tête : un certain Didier-Roland Tabuteau, dont le caractère endogame du parcours ne présage rien de bon pour la défense des libertés des Français.

Kouchner boy, Mediator… Qui est Didier-Roland Tabuteau, la nouvelle tête du Conseil d’Etat ?
Le 7 janvier 2022

Après Laurent Fabius à la tête du Conseil constitutionnel, le pouvoir aura-t-il un autre ami à la tête d’un organe de contrôle juridique ? Rien n’est moins sûr. Ce mercredi, le Conseil des ministres a nommé un nouveau vice-président du Conseil d’État — le poste le plus haut de l’institution — pour succéder à Bruno Lasserre, qui a quitté ses fonctions pour avoir atteint la limite d’âge de 68 ans.

Le nouvel élu, Didier-Roland Tabuteau, en a lui 63. Il n’était pourtant pas candidat, mais il faut croire que l’énarque était désiré, puisque la décision aurait été prise en concertation avec le premier ministre, Jean Castex, qui le connaissait. Il n’était d’ailleurs pas le seul puisqu’Olivier Véran lui-même a suivi un master en gestion politique de santé sous sa direction. Ce qui a valu à l’actuel ministre de la Santé une belle éloge de la part du nouvel homme fort du Conseil d’État en 2014 : « Ce qui m’a frappé, c’est sa curiosité intellectuelle et son humilité. Sa démarche était de bien connaître le système avant de démarrer de nouvelles fonctions. À l’époque, je ne savais pas qu’il aurait cette carrière. »

Didier-Roland Tabuteau connaît déjà le Conseil d’État puisqu’il y est entré en 1984 en tant qu’auditeur à la section du contentieux puis de l’intérieur, Ce polytechnicien a notamment exercé la fonction de rapporteur public à la section du contentieux (1991-1992). Mais avant de réintégrer la maison en 2011 et d’en présider la section sociale dès 2018 — rappelons qu’en cette qualité, il a participé aux commissions permanentes qui ont validé la loi sur le pass sanitaire l’été dernier —, Didier-Roland Tabuteau a poursuivi sa carrière à l’extérieur.

« Kouchner boy » et faux naïf ?

Une carrière qui a débuté dans les cabinets gouvernementaux socialistes dans les années 90-2000, comme directeur...

Contenu réservé aux abonnés

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter