Analyses

Gestes barrières, immunité collective… La sortie de crise irréaliste de l’Institut Pasteur Abonnés

Thèmes abordés

Institut PasteurModélisationssortie de crise

Une étude de l’Institut Pasteur estime que l’immunité collective ne sera pas atteinte avant d’avoir vacciné 90% de la population adulte, seule condition pour un retour à la vie normale. Mais pour le docteur Fabien Quedeville, ces modélisations manquent de réalisme et d’un réel cap à tenir.

Gestes barrières, immunité collective… La sortie de crise irréaliste de l’Institut Pasteur
Le 8 avril 2021

Dans une publication parue ce mardi 6 avril, l’Institut Pasteur — où officie le chercheur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique — a présenté ses estimations pour la sortie de crise, sur la base de modèles mathématiques. Ces mêmes modèles précédemment décriés, notamment par le professeur Jean-François Toussaint : « le virus se fiche absolument de toutes nos prédictions, de tous nos modèles et de nos comportements. Il va où il veut, touche qui il veut et rien, à part l’immunisation naturelle ou vaccinale, ne l’empêche de se répandre dans l’air du temps. »

Mais que disent ces prédictions ? Selon l’institut, environ un français sur cinq (entre 18 et 22%) a déjà été infecté par le Covid-19. Pour cette raison, il est donc vain selon les chercheurs de miser sur les infections naturelles pour atteindre l’immunité collective. Pour y arriver, l’Institut Pasteur estime qu'il faudrait atteindre un taux de couverture vaccinale d'environ 90% chez les adultes. Les auteurs de la publication précisent qu’« à l’automne 2021, notre capacité à relâcher les mesures de contrôle dépendra de la couverture vaccinale atteinte dans les différents groupes d’âge et des caractéristiques de transmission du virus dominant ».

Pour arriver à ce chiffre, les chercheurs se sont fixé un objectif : ne pas dépasser les 1000 admissions quotidiennes à l’hôpital, soit « à peu près 3 fois moins que ce qui a été observé durant les première et deuxième vagues »précisent-ils. L’Institut Pasteur considère pour cela que la vaccination permet de réduire d’environ 90% la survenue de formes graves (sévérité) et de 80% de la « susceptibilité », c’est-à-dire, la probabilité d’attraper le virus. Pour déterminer le taux de vaccination par tranche d’âge nécessaire pour relâcher toutes les restrictions sans dépasser le seuil déterminé précédemment, les épidémiologistes se basent...

Contenu disponible gratuitement

60 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter