france

Fissure dans le « barrage républicain » : panique en Macronie Abonnés

Thèmes abordés

politiqueMacronélectionsmacronieEmmanuel Macron

Visiblement trop sûr de lui, l’entourage du président ne semblait pas avoir été préparé à l’échec des législatives… Un coup de massue qui fait tomber le masque de l’opportunisme électoral du clan macroniste.

Fissure dans le « barrage républicain » : panique en Macronie
Le 22 juin 2022

Au lendemain des législatives, le « diable » semble avoir un visage plus avenant. Au pied du mur face à la perte de leur majorité parlementaire et face à la percée des 89 députés du Rassemblement national à l’Assemblée, certaines figures de La République en marche semblent déboussolées, au point d’avoir abandonné l’un des piliers du macronisme : le chantage au chaos et aux extrêmes. Car en effet, l’inconvénient — ou l’avantage… tout est question de perspective — d’avoir une Assemblée représentative des différentes sensibilités politiques de la population, c’est que l’on est forcé de discuter avec tout le monde, y compris ceux que l’on a sans cesse brocardé et voué aux gémonies afin d’effrayer l’électeur et de le contraindre au sacro-saint « bulletin raisonnable » — entendez par là celui de Macron, bien évidemment ! Et sauf si Emmanuel Macron envisage de dissoudre l’Assemblée nationale dans les prochains mois, la recherche du compromis s’impose à lui, faut de quoi il condamnerait le pays à l’immobilisme. Pour cela, il semble décidé à pousser ses lieutenants à franchir le rubicon qui lui a pourtant permis d'être réélu.

C’est ainsi que lorsque le journaliste de l’émission C Politique sur France 5 demande à la député macroniste des Hauts-de-Seine Céline Calvez si LREM ira chercher des renforts sur certains textes auprès du Rassemblement national, celle-ci n’a pas hésité à affirmer : « Quand on a besoin d'avoir une majorité et si c'est bon pour les Français, on va aller chercher ces voix-là. » Une déclaration impensable de la part d’une élue LREM il y a encore quelques semaines, lorsqu’il était de meilleur ton d’agiter le chiffon rouge. Face à la vaguelette d’indignations dans les rangs de l’aile gauche de la macronie soucieuse de ne pas sortir du cadre de la respectabilité médiatique, celle-ci s’est néanmoins sentie obligée de rectifier le tir sur...

Contenu réservé aux abonnés

60 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter