france

Fiasco de la Ligue des Champions : les médias aveugles et l’État menteur Abonnés

Thèmes abordés

sécuritéinsécuritédarmaninfootball

À la suite des scènes de chaos lors de la finale de la Ligue des Champions samedi soir au Stade de France, le gouvernement a préféré risquer l’incident diplomatique plutôt que de pointer du doigt les problèmes de fond.

Fiasco de la Ligue des Champions : les médias aveugles et l’État menteur
Le 30 mai 2022

« Techniquement, faites attention, le stade est situé à Saint-Denis. Saint-Denis, ce n’est pas Paris […] Croyez-moi, vous ne voulez pas être à Saint-Denis, ce n’est pas la même chose que Paris... » Cette phrase lâchée par Thierry Henry dans un média britannique début mai avait fait réagir… Et pour cause, elle s’est révélée prophétique samedi dernier. Alors que la finale de la Ligue des Champions opposant le Real Madrid à Liverpool devait initialement se dérouler à Saint-Pétersbourg en Russie, l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine avait conduit l’UEFA à délocaliser la rencontre. Avide de rayonnement à l’international pendant qu’il jouait le négociateur en chef avec le patron du Kremlin, Emmanuel Macron avait joué des coudes pour que les instances de l’UEFA accordent à la France l’organisation de l’évènement. Requête accordée : la finale allait avoir lieu ce samedi 28 mai au Stade de France en Seine-Saint-Denis (93).

Des journalistes étrangers beaucoup plus lucides

Et en matière de rayonnement, nous n’avons pas été déçus. Intrusions, vols de billets, agressions de supporters, charges de CRS… De nombreuses scènes de débordements ont contraint les organisateurs à repousser le coup d’envoi de 36 minutes. Une situation dramatique qui a, semble-t-il, tétanisé les médias français puisqu’il a fallu s’en remettre aux témoignages de journalistes espagnols et britanniques pour comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Journaliste pour le média Relevo, Segio Santos a raconté sa soirée sur Twitter : « J'ai participé à pas mal de finales de Ligue des champions, de Coupe d'Europe et de Coupe du monde. Ce qui se passe au Stade de France, je ne l'ai jamais vu. Il y a des groupes de Français autour du stade qui attaquent et volent les supporters. Je ne parle pas de ouï-dire, je l'ai vu moi-même. » Commentant une vidéo qu’il a publiée ensuite, dans...

Contenu réservé aux abonnés

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter