france

Face aux blocages du gouvernement, la Culture entre incompréhension et colère Abonnés

Thèmes abordés

culturegouvernementconfinement

Alors qu’ils étaient prêts à redémarrer le 15 décembre, les acteurs de la culture ont vu leurs espoirs douchés par les dernières annonces de Jean Castex. Un coup de massue incompréhensible.

Face aux blocages du gouvernement, la Culture entre incompréhension et colère
Le 14 décembre 2020

Tragique coup de théâtre. Les chorégraphies étaient répétées, les costumes ajustés, les décors dressés et les tickets vendus, Mais le Premier ministre a stoppé net l'élan du monde de la culture, qui espérait pouvoir rouvrir le 15 décembre. Jean Castex a décidé de maintenir la fermeture des musées, des salles de spectacle et de cinéma, au moins jusqu’au 7 janvier. Ce coup de frein simplement justifié par le fait que nous n’ayons pas réussi à passer en dessous du seuil arbitraire de 5 000 cas positifs quotidiens. Or, le docteur Fabien Quedeville l’expliquait pour Bas les masques : « Ce chiffre ne repose sur aucun fondement scientifique ».

Une décision d’autant plus violente qu’elle a été annoncée seulement 5 jours avant. Un vrai nonsens pour un secteur qui a, plus que d’autres, besoin de visibilité. « Moi j’ai une question, a réagit Loïc Bonnet, Président de l’association des Théâtres privés en région : Qui conseille nos gouvernants pour prendre les théâtres pour des épiceries ? C’était la pire décision qu’on pouvait prendre ! ». Il faut également le rappeler : Le gouvernement a pris cette décision alors qu’il n’y a eu aucun foyer de contamination dans une salle de théâtre ou de cinéma. « Incompréhension, colère, pleurs » s’est désolé le violoniste Renaud Capuçon sur Twitter. Cette décision a même fait réagir Patrick Bruel, d’habitude peu enclin à faire des vagues : « S’entendre dire qu’on n’est pas essentiel, c’est stupide. »

Passer à l’action

Fatigués d’être considérés comme la variable d’ajustement de cette épidémie, certains ont décidé de passer à l’action. Niort, Bordeaux, Orléans… Beaucoup de villes ont vu défiler des professionnels de la culture ce week-end pour réclamer le redémarrage de leur activité. Le réalisateur Nicolas Bedos, qui s’était déjà insurgé contre les mesures sanitaires, a lui...

Contenu disponible gratuitement

27 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter