analyses

État de droit... ou État dépravé ? Abonnés

Thèmes abordés

démocratiedroitpass sanitaireconseil constitutionnelinstitutionsÉtat de droit

La validation du pass sanitaire par le Conseil constitutionnel a ébranlé toute la France. Écrivain polémiste et contributeur régulier de Bas les Masques, Claude Janvier voit dans ce coup de force (anti)démocratique le signe d'un État de droit instrumentalisé par la majorité macroniste au point de ne plus être qu'une carcasse vide. Son billet.

État de droit... ou État dépravé ?
Le 10 août 2021

Dupont-Moretti s'est fendu d'un tweet le 5 août 2021 à 10:00 PM et je cite : "Non, nous ne sommes pas dans une dictature, mais dans un État de droit ! Ceux qui hurlent après le Conseil constitutionnel pour sa décision sur le #PassSanitaire l’auraient encensé s’il les avait confortés. Contrairement à leurs convictions le droit, lui, ne peut être manipulé." Ce genre de rhétorique fleure bon la droiture, l'équité, l'intégrité, l'éthique ! Un état de droit... Sonnez buccins et trompettes !

La réalité est toute autre. Au vu du nombre de casseroles –  des chaudrons pour certains  – que se traînent pratiquement tous les politiques, et au vu du fait qu'un casier judiciaire vierge ne soit toujours pas exigé pour être député, - alors que pour ouvrir un restaurant, c'est une obligation – l'équité, la droiture et tout le flonflon ont déjà du plomb dans l'aile.

15 janvier 1990 : Michel Rocard, alors Premier ministre de la Ve République, fit voter la loi d'amnistie pour les délits et crimes liés au financement des partis politiques et des campagnes électorales, dans le cadre d'un projet de régulation du financement de la vie politique française. Le début de la fin. (1)

Mais au fait, qu'est-ce qu'un État de droit ? "Le concept d’État de droit s’oppose à la notion de pouvoir arbitraire. Il désigne un État dans lequel la puissance publique est soumise aux règles de droit.

Le concept d’État de droit est théorisé par le juriste Hans Kelsen au début du XXe siècle qui le définit ainsi : un "État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées de telle sorte que sa puissance s’en trouve limitée". L'État de droit implique une hiérarchie des règles de droit, l'égalité devant la loi et la séparation des pouvoirs.

Le respect de la hiérarchie...

Contenu disponible gratuitement

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter