France

Estrosi, Pelloux : les irréductibles accros au masque Abonnés

Thèmes abordés

covid-19masqueNiceChristian Estrosiport du masqueport du masque obligatoire

Tandis que le nouveau ministre de la Santé s’alarme de la remontée des cas de Covid, certains médecins et politiques en profitent pour agiter le chiffon rouge, quitte à vouloir réimposer des restrictions.

Estrosi, Pelloux : les irréductibles accros au masque
Le 6 juillet 2022

Le ministre de la Santé François Braun s’en est inquiété ce mardi : le nombre de contaminations au Covid-19 « devrait légèrement dépasser les 200 000 » sur cette seule journée, le chiffre annoncé par Santé publique France s’élevant à 206 554. Alors que rien ne prédit que cette vague de cas aura quelconque incidence sur un système de santé qui n’a pas besoin du Covid-19 pour être dépassé, certaines figures alarmistes n’ont pas manqué de sauter sur l’occasion pour exiger de nouvelles restrictions dont les Français pensaient enfin être débarrassés.

À l’image de Patrick Pelloux qui, après avoir présenté ses « vœux de succès » au nouveau ministre de la Santé tout en vantant les mérites d’un homme « compétent », est allé réclamer le retour du masque dans les transports ce mercredi au micro d’Europe 1. « À l'heure actuelle, le virus circule tellement que si vous prenez le métro sur plusieurs stations, vous êtes quasiment sûr d'avoir croisé quelqu'un qui est contaminé », a déclaré le président de l'Association des médecins urgentistes de France, affirmant même que le masque allait devenir une « habitude de notre civilisation », à l’instar de la société chinoise, qu’il semble prendre pour modèle. Mais pour en arriver à modifier nos comportements collectifs pour une civilisation hygiéniste, le médecin urgentiste juge nécessaire de passer par l’obligation : « Je crois beaucoup au peuple français, nous avons un peuple discipliné, courageux et qui comprend les choses [mais] dire, “on fait appel au bon sens des Français”, je n'y crois pas. » À la fois dociles et un peu stupides, en somme… les Français apprécieront. Mais qu’à cela ne tienne, celui qui semble être resté bloqué deux ans en arrière poursuit : « Il vaut mieux dire “on remet le masque dans les transports, on remet le gel hydroalcoolique partout” plutôt que de se dire qu'au mois de septembre, s'il y...

Contenu réservé aux abonnés

43 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter