France

Épargne post-covid : les poches des pauvres se vident, celles de riches se remplissent Abonnés

Un rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) paru ce 22 mars indique que le stock d’épargne des ménages modestes est désormais « proche de son niveau normal ». Mais de leur côté, les plus aisés parviennent à engranger une épargne supplémentaire.

Épargne post-covid : les poches des pauvres se vident, celles de riches se remplissent
Le 22 mars 2022

La séquence du Covid-19 avait eu la vertu de permettre aux ménages de « sur-épargner » depuis mars 2020, au moment des premières mesures de restrictions. Celles-ci, en entraînant à la fois une forte baisse de la consommation des ménages tout en maintenant leurs revenus par le chômages partiel et les nombreuses aides publiques du « quoi qu’il en coûte » avaient permis aux ménages, selon la Banque de France, d’accumuler un surplus d'épargne inédit de 170 milliards d’euros. Mais la donne est en train de changer et cette réserve s’amenuise. Même si, en ce début d’année 2022, l’épargne supplémentaire des ménages constituait pourtant encore 6% du stock total de leur épargne, signifiant ainsi qu’on ne constate toujours pas de « comportement franc de désépargne chez les ménages français », selon les termes de l’étude faite à partir d'un échantillon de données bancaires (prises au Crédit Mutuel) des ménages. Il est vrai que le contexte actuel étant évidemment sujet à quelques inquiétudes, entre accélération de l’inflation et tensions énergétiques, beaucoup de ménages sont encore prudents et rechignent à dépenser l’argent qu’ils ont mis de côté.

Mais tous les ménages ne sont pas égaux, et la capacité à préserver son épargne reste bien évidemment corrélée au niveau de vie. L’écart est ainsi particulièrement visible entre les plus favorisés d’un côté, et les plus pauvres de l’autre. Le CAE observe dès lors que les 20% des ménages les plus modestes « auraient quasiment consommé en totalité le surcroit d'épargne qui a été généré durant la crise sanitaire ». Et si un surcroît d’épargne existe encore globalement, il commence à diminuer pour l’ensemble des catégories de ménages… à l’exception des 10% de ménages les mieux lotis. D’après l’analyse des comptes bancaires des ménages, on constate en effet que les 10% les plus favorisés ont déposé davantage sur leurs comptes-titres....

Contenu réservé aux abonnés

23 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter