International

Enfants hospitalisés pour Covid-19 : le New-York Times en pleine fake news Abonnés

Thèmes abordés

chiffresRéanimationjournalismeenfantsFake newsNew York Times

Dans un article relatif à la vaccination des enfants, une journaliste du New-York Times, le grand quotidien de référence américain, avait affirmé que 900 000 enfants avaient été hospitalisés aux USA pour Covid-19. Un chiffre très largement exagéré…

Enfants hospitalisés pour Covid-19 : le New-York Times en pleine fake news
Le 11 octobre 2021

Si les réseaux sociaux et la presse alternative sont régulièrement accusés de propager de la désinformation, les médias de grand chemin ne sont pas en reste non plus. Et cette fois, c’est le New-York Times, l’un des plus célèbre titres de la presse outre-atlantique, qui s’est fait attraper en plein délit de fake news. En effet, comme le révèle un article du National Review, un article du grand quotidien américain de référence publié le mercredi 6 octobre dernier au sujet de la vaccination des enfants a ainsi indiqué que 900 000 enfants américains avaient été hospitalisés pour Covid-19 (pour environ 500 décès) avant qu’une correction publiée le lendemain n’explique que le nombre correct est en réalité… de 63 000 hospitalisations d’enfants entre août 2020 et octobre 2021 ! Soit une exagération de 837 000 cas… Sachant que la vaccination des plus jeunes est un sujet éminemment sensible, la vaccination étant contestable chez des individus qui ne sont pas à risque, une telle erreur sur la réalité de la maladie dans la population la plus jeune a de quoi surprendre. Et pousse à se demander s’il s’agit d’une simple maladresse, ou d’une vision des choses totalement altérée par l’idéologie alarmiste très présente chez de nombreux journalistes.

Il faut savoir que l’auteur de l’article, la journaliste Apoorva Mandavilli, est connue pour certaines positions controversées. Dans un tweet datant de mai dernier, cette dernière avait ainsi déclaré : « Un jour, nous arrêterons de parler de la théorie des fuites de laboratoire et admettrons peut-être même ses racines racistes ». Manque de chance, cette théorie est aujourd’hui reconnu internationalement comme plausible, y compris par l’OMS, organisation peu suspecte de relayer des affirmations conspirationnistes. Et on se demande bien où elle est allée chercher du « racisme » dans cette théorie… Les grands médias qui cherchent...

Contenu réservé aux abonnés

7 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter