international

En 2020, la gestion anxiogène de la crise a relancé la consommation de tabac Abonnés

Thèmes abordés

Journée mondiale sans tabactabagismesanté

Selon une enquête de Santé publique France, publiée quelques jours avant la journée mondiale sans tabac de ce lundi 31 mai, le nombre de fumeurs a arrêté de baisser en 2020, allant même jusqu’à augmenter chez les personnes les plus précaires. Cet évènement imprévu pourrait bien être un énième dégât collatéral des restrictions sanitaires.

En 2020, la gestion anxiogène de la crise a relancé la consommation de tabac
Le 31 mai 2021

L’année 2020 est venue mettre un coup d’arrêt à une tendance pourtant réjouissante : la baisse du tabagisme. En effet, ces dernières années ont vu la proportion de fumeurs reculer de 34,5 % à 30,4 % entre 2016 et 2019, et les fumeurs quotidiens passer de 29,4 % à 24 %. Or, selon les chiffres publiés par Santé publique France (SPF) mercredi 26 mai, en 2020, plus de trois adultes de 18-75 ans sur dix déclaraient fumer au moins occasionnellement (31,8 %) et un quart quotidiennement (25,5 %).

Si pour SPF, ces chiffres ne marquent qu’une « stabilisation » de la baisse — l’organisme public considère que « les variations de la prévalence du tabagisme et du tabagisme quotidien par rapport à 2019 ne sont globalement pas significatives »—, le rapport note néanmoins une augmentation nette du tabagisme « parmi le tiers de la population dont les revenus étaient les moins élevés », passant de 29,8 % de fumeurs quotidiens en 2019 à 33,3 % en 2020. Selon le rapport, difficile d’établir un lien direct entre ce phénomène et les restrictions sanitaires, le rebond ayant été observé entre janvier et mars 2020, soit avant le premier confinement. Pour autant, sans définitivement trancher sur les raisons de cette évolution, SPF observe qu’elle « s’inscrit dans un contexte de crise sociale en France qui a démarré à la fin de 2018, avec le mouvement des “gilets jaunes” », qui « a fortement concerné les populations de plus faible niveau socio-économique ». Or, précise l’agence, « parmi les populations les moins favorisées, la cigarette pourrait être utilisée pour gérer le stress ou pour surmonter les difficultés du quotidien, malgré le coût de plus en plus important de ce produit. » Elle cite pour cela une étude française de 2009 qui...

Contenu réservé aux abonnés

49 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter