France

« Emmerder les non-vaccinés » : les Français outrés par les déclarations de Macron Abonnés

Thèmes abordés

politiqueMacronEmmanuel Macronnon-vaccinés

Après l’interview donnée au Parisien dans laquelle Emmanuel Macron assume de vouloir « emmerder les non-vaccinés jusqu’au bout » allant même jusqu’à considérer que ces derniers sont trop « irresponsables » pour rester des citoyens à part entière, les réactions d’indignations ont fusé de la part de nombreux commentateurs. Et le hashtag #MacronDestitution a fait une percée incroyable dans les tendances les plus partagées.

« Emmerder les non-vaccinés » : les Français outrés par les déclarations de Macron
Le 5 janvier 2022

Dans une interview donnée au Parisien, le Président de la République a affirmé : « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l'administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j'ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu'au bout ». Avant d’ajouter, quelques lignes plus loin, qu’il considérait que les antivax « viennent saper ce qu'est la solidité d'une nation » en qualifiant ceux-ci « d’irresponsables » qui ne sont plus, à ses yeux, des « citoyens ».

Des propos inqualifiables de la part d’une personnalité supposée incarner l’unité nationale, et qui viennent une fois de plus montrer la vraie nature d’Emmanuel Macron, qui n’hésite pas à se servir de la crise sanitaire pour détruire la démocratie et les libertés fondamentales et flatter les passions tristes d’une partie de son électorat. Mais cette fois, en plein débat sur le pass vaccinal, il semblerait que ces propos passent plus difficilement que d’habitude, si l’on en croit les (très) nombreuses réactions qui se manifestent depuis la parution de cet entretien.

Pour l’avocat Gilles-William Goldnadel, pourtant farouche partisan de la vaccination, ou la juriste Aïda Manouguian, Macron devrait plutôt « emmerder » les criminels


Un avis que semble partager son ancien protégé Alexandre Benalla, qui s’est offusqué que le président ait plus de considérations pour les non-vaccinés que pour les terroristes.

Pour Arthur Leroux, ancien militant de La République en Marche, mais farouche opposant à la gestion sanitaire du gouvernement, Emmanuel Macron est même « bien pire » que ce qu’en disaient jusque-là ses opposants.

Des opposants qui ont immédiatement manifesté leur indignation, du communiste Fabien Roussel à Éric Zemmour en passant par Raphaël Glucksmann.




Pour Maxime Thiébaut, avocat membre du Cercle Droit & Liberté, les insultes d’Emmanuel Macron...

Contenu réservé aux abonnés

28 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter