France

Elisabeth Borne et Aurélien Rousseau : le techno-sanitarisme à Matignon Abonnés

Thèmes abordés

politique

Si l’arrivée d’Élisabeth Borne au poste de Premier ministre n’est pas vraiment une surprise, le choix d’Aurélien Rousseau, ancien directeur de l’Agence régionale de Santé d’île-de-France et époux de Marguerite Cazeneuve, ancienne de chez McKinsey, a de quoi susciter quelques interrogations.

Elisabeth Borne et Aurélien Rousseau : le techno-sanitarisme à Matignon
Le 17 mai 2022

On prend les mêmes et on recommence. Alors qu’il promettait d’énièmes changements pour ce nouveau quinquennat qui s’ouvre, Emmanuel Macron aura finalement choisi Elisabeth Borne — comme cela était pressenti depuis sa réélection — pour succéder à Jean Castex en tant que Premier ministre. Fidèle de la première heure, Elisabeth Borne aura été ministre durant l’intégralité du premier mandat du président Macron. D’abord aux Transports entre mai 2017 et juillet 2019, à la Transition écologique de juillet 2019 à juillet 2020, et enfin au poste très sensible de ministre du Travail de juillet 2020 à mai 2022. Et c’est à ces fonctions que la polytechnicienne et ancienne haut fonctionnaire s’est illustrée par des prises de positions extrêmement dures au moment de la mise en place du pass sanitaire. En juillet 2021, celle-ci avait en effet souhaité qu’un salarié en contrat CDI qui ne respecte pas l'obligation de pass sanitaire du fait de sa profession puisse être licencié : « Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu'il ne peut pas y avoir de licenciement », avait-elle notamment déclaré, avant que le Conseil constitutionnel ne décide, le 30 août, que les salariés soumis à l’obligation de présentation du pass et qui ne seront pas en mesure de le présenter voient leur contrat de travail suspendu sans rémunération.

Lors de la mise en place du pass vaccinal, au début de cette année, Élisabeth Borne avait également démontré toute l’étendue de son autoritarisme. Au moment des débats au Parlement, elle avait jugé « consternant de voir les députés Les Républicains s'allier à la France Insoumise et au Rassemblement national pour faire obstruction à l'adoption d'un texte qui propose des mesures pour faire face à la flambée de l’épidémie » lors d’une interview sur Franceinfo, évoquant des « propos qui sèment le doute sur l'intérêt de la vaccination » prononcés par...

Contenu réservé aux abonnés

67 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter